Libérez vos trésors!

On le fait pour assouvir sa curiosité, ou pour faire taire une fois pour toutes les prétentions qui planent sur certains objets mystérieux du patrimoine familial. Durant tout le week-end, l'Hôtel des encans ouvrira ses portes au public pour l'évaluation gratuite des bijoux, pièces d'argenterie, oeuvres d'art, meubles anciens et autres trésors qui s'empoussièrent dans leurs greniers.

Pour cet événement, devenu une tradition automnale, l'Hôtel des encans de Montréal a requis cette année l'oeil avisé de Me Georges Delettrez, commissaire-priseur chez Drouot à Paris, qui mettra à profit ses connaissances en joaillerie et en tableaux anciens et orientalistes, et cela, dès demain et jusqu'à lundi, de midi à 17h.

Inutile d'avoir un Riopel accroché dans son salon pour se pointer à ces journées « portes ouvertes », explique Georges Delettrez, joint hier par téléphone à Paris. « On est là pour éclairer les gens sur la valeur de leurs biens, car la pratique de l'évaluation est moins courante à Montréal qu'en Europe. Les années passées, on a découvert à Montréal de très belles choses et c'est toujours intéressant pour les gens de savoir la valeur et la provenance du patrimoine qu'ils possèdent », plaide ce dernier.

Mais déballer ces trésors familiaux peut être source de déprime passagère pour qui croyait à tort cacher dans ses voûtes des joyaux insoupçonnés. « Parfois, les gens rêvent de la valeur d'un objet à partir d'histoires familiales et sont déçus quand on remet les pendules à l'heure. À l'inverse, d'autres appellent pour un rien et détiennent un objet rare dont ils ignoraient totalement la valeur », insiste Georges Delettrez.

Ce fut notamment le cas, ces dernières années, d'une dame, arrivée sans attentes, avec un diamant unique finalement évalué à 100 000 $. C'est aussi lors de cette version québécoise, et sans écran, du Antique Road Show, qu'a été découverte la fameuse bibliothèque de Michel Leduc, ex-professeur de l'UQAM, dont la collection de 4000 volumes recelait documents historiques et éditions anciennes des oeuvres de Corneille et des premiers membres de l'Académie française.

Histoire d'éviter la cohue, les visiteurs devront prendre rendez-vous à l'avance avec l'Hôtel des encans. À cette occasion, le public pourra aussi contempler les tableaux qui seront mis en vente le 5 octobre prochain, dont plusieurs oeuvres de Marcelle Ferron et un tableau de Joan Mitchell.