Premiers coups de pinceau pour rénover la fresque du mur de Berlin

Berlin — Vingt ans après l'ouverture du mur de Berlin, les premiers artistes invités à restaurer la fresque qui orne une longue section de la construction ont commencé hier à repeindre leurs oeuvres.

«Les quatre premiers artistes sont arrivés hier [lundi]», a indiqué à l'AFP Kani Alavi, directeur de l'association des artistes de l'East Side Gallery.

«Ils vont peindre les mêmes motifs qu'en 1990 et c'est pour nous une très grande victoire, s'est réjoui M. Alavi. Sinon, nous n'aurions peut-être pas eu la chance de conserver cette authenticité.»

Décorée en 1990 par 118 artistes issus d'une vingtaine de pays, cette fresque, appelée East Side Gallery, s'étale sur 1,3 km le long de la rivière Spree.

Cette succession de peintures est présentée comme la plus grande galerie de plein air au monde. Elle est située sur la face est du «mur de protection antifasciste», vierge de toute inscription avant l'ouverture des frontières entre la RFA et la RDA.

Selon M. Alavi, 86 peintres ont déjà répondu positivement à l'invitation de l'association. Chaque artiste pourra rester entre deux semaines et un mois sur place pour repeindre son oeuvre. Les nouvelles peintures doivent être terminées pour le 7 novembre, soit deux jours avant le 20e anniversaire de la chute du Mur.

«Je suis excitée et me réjouis surtout que ce mur puisse être restauré en tant que monument», a expliqué Rose-Marie Schinzler, auteure de deux peintures et qui habitait Berlin-Ouest en 1990.

«Le dernier état du lieu était catastrophique», témoigne de son côté Gerhard Lahr, artiste originaire de Berlin-Est. «Il fallait faire quelque chose, car ce mur s'est transformé en une véritable attraction pour les touristes.»

D'autres refusent toujours de venir à Berlin restaurer leurs oeuvres s'ils ne reçoivent pas 15 000 euros (24 000 $CAN) d'honoraires au lieu des 3000 prévus. «Nous voulons tout simplement une transparence complète de l'argent accordé aux artistes», a revendiqué à l'AFP Bodo Sperling, responsable du collectif qui a lancé la fronde et qui réunit, selon lui, une dizaine d'artistes.

À voir en vidéo