Dans les bas-fonds du rock

Un coin de l’exposition de Jo-Anne Balcaen
Photo: Un coin de l’exposition de Jo-Anne Balcaen

Rock et art contemporain, ça vous dit quelque chose? L'exposition Sympathy for the Devil, bien sûr, au Musée d'art contemporain. Cette vaste entreprise, qui se voulait une analyse du sujet sous tous les angles, était un objet venu d'ailleurs (de Chicago), bien scellé et difficile à modifier. Certes, le propos se voulait historique et, comme le rock, made in USA. Mais si le MAC avait voulu y aller d'un complément local et actuel, il n'aurait eu aucune difficulté à le faire.

Dans le domaine, Jo-Anne Balcaen est incontournable. L'oeuvre de cette diplômée de l'université Concordia puise depuis de nombreuses années dans les musiques pop et rock et se traduit notamment par un travail vidéo fort en citations et en commentaires mêlant émerveillement et cynisme.

Pétard, la nouvelle exposition de Balcaen, repose sur ce double discours propre à celle qui est nécessairement fan et qui ne peut s'empêcher, en tant qu'artiste, de remettre en question les excès fanatiques. Le mot «pétard», titre également d'une des oeuvres exposées, a d'ailleurs cette ambivalence, évoquant à la fois quelque chose de magnifique et quelque chose d'exagéré, voire de terriblement dangereux.

Le point de départ de cette expo présentée dans la petite salle de la galerie B-312 semble être un pic de guitariste, pièce pour le moins fétiche s'il s'avère qu'un dieu de la scène s'en est servi. Jo-Anne Balcaen — la fan ou l'artiste? — s'est procuré sur e-Bay ce médiator ayant appartenu à Rob Trujillo (bassiste de Metallica) et l'expose dans sa reproduction photo, version agrandie. Pour les incrédules, l'objet, le vrai, peut être examiné sur demande.

Mais qu'est-ce qui est vrai? Un texte accompagnant la photo met en doute la provenance du pic. Ou, du moins, il révèle à quel point tout ce fanatisme débridé encourage parfois un commerce malhonnête et abusif. Le rock, le monde de la musique, va de pair avec la surenchère et l'extravagance.

La vidéo Pétard est aussi assassine, en rapprochant un solo de drum plutôt hasardeux d'un spectacle de feux d'artifice. Le riff d'une guitare fait partie de la troisième oeuvre, Drag, une installation «son et miroir» basée sur la répétition des formes. Le rock, ce sont aussi des vanités, des obsessions autour de l'image et de la virtuosité d'un individu. Qu'il nous mette plein la vue de ses artifices, on en redemandera toujours. Jo-Anne Balcaen exprime bien les travers de cette industrie. Le MAC aurait bien fait de l'inviter: Sympathy for the Devil manquait aussi de l'acidité d'un tel propos.

***

Collaborateur du Devoir

***

Pétard

Jo-Anne Balcaen

Galerie B-312, 372, rue Sainte-Catherine Ouest, espace 403

Jusqu'au 7 février

À voir en vidéo