Artexte reçoit un don de Parachute

La revue d'arts visuels Parachute, qui vient d'interrompre ses activités, vide ses bureaux pour remplir ceux d'Artexte.

Le centre de documentation en arts visuels Artexte hérite ainsi de l'imposante collection de périodiques et de dossiers d'artistes de la prestigieuse revue, qui a livré son 125e et dernier numéro en janvier, après plus de 30 ans d'existence.

«Ça nous a permis de remplir beaucoup de trous et de consolider de manière importante la collection qu'on avait ici, surtout pour les titres internationaux», explique François Dion, directeur du centre d'information, qui offre un service de référence en art contemporain, tant au public qu'aux chercheurs.

Ce don compte près de 1200 numéros de 80 périodiques spécialisés en arts contemporain, visuels et médiatiques, du Canada, des États-Unis, d'Allemagne, de Belgique, d'Angleterre, d'Asie et d'Australie. Certains de ces titres sont d'autant plus précieux qu'ils n'existent plus aujourd'hui. Ils seront accessibles au public après leur traitement, au cours de l'été.

Monographies, photographies et articles de presse sur les artistes qui ont fait l'objet de textes dans la revue enrichissent aussi les ressources d'Artexte. Ces acquisitions découlent d'une entente avec des partenaires du milieu des arts. D'autres institutions ont récolté leur part d'archives.

Parachute a décidé de suspendre ses parutions en novembre dernier pour des raisons budgétaires. Les subventions annuelles de 200 000 $ issues des différents conseils des arts ne suffisaient plus.

Si les bureaux ont fermé, le nom et l'organisme Parachute continuent d'exister. La directrice Chantal Pontbriand, qui médite encore sur une possible restructuration de la revue, va d'ailleurs participer comme prévu à la prochaine Dokumenta de Kassel, rendez-vous international qui portera sur les magazines d'art les plus influents du monde.

Artexte, qui célébrait en 2006 son 25e anniversaire de fondation, documente les arts visuels de 1965 à nos jours.