Molinari à la carte

Sans Titre, 1958 (teinture à l’aniline sur toile – 127.7 x 154 cm)
Photo: Martin Chamberland Sans Titre, 1958 (teinture à l’aniline sur toile – 127.7 x 154 cm)
L'exposition intitulée Molinari - Morceaux choisis réunit une trentaine d'oeuvres phares du peintre qui fut une des figures marquantes de l'histoire de l'art au Québec. Pour l'occasion, les deux commissaires désignés (le directeur général de la fondation, Gilles Daigneault, et le responsable des expositions à la Maison de la culture Maisonneuve, Serge Marchetta) ont choisi d'embrasser près d'un demi-siècle, jalonnant leur rétrospective de 1951 à 1998.

Les choix n'ont pas été trop cornéliens puisque c'est en quelque sorte le peintre lui-même qui les leur a inspirés. «On s'est fiés à la sélection qu'avait faite Molinari dans les années 90, quand on lui avait demandé d'envoyer à Grenoble les oeuvres qu'il considérait comme étant les plus importantes dans son parcours. Ce sont elles qu'on a retenues en priorité», a raconté M. Marchetta.

Conscients qu'une trentaine d'oeuvres ne sauront rassasier les fins connaisseurs, les deux commissaires ont aussi monté un DVD réunissant une centaine d'oeuvres supplémentaires. Selon eux, ces deux véhicules permettront au public de mesurer l'apport véritable de cet artiste, polémiste à ses heures et reconnu internationalement pour sa période dite sérielle.

L'homme engagé et le mentor enthousiaste seront aussi au rendez-vous, a promis M. Marchetta, qui a eu l'occasion de travailler avec le peintre à une certaine époque. «C'était un bonhomme très communicateur, très généreux, un artiste important pour le Québec et pour le Canada. Son travail a été reconnu mondialement, notamment ses tableaux verticaux et ses tableaux noir et blanc, qui étaient précurseurs.»

Exposé dans tous les musées importants du Canada mais aussi à l'étranger, l'oeuvre de Guido Molinari est de retour chez lui, à un jet de pierre de l'atelier qui a vu naître certaines de ses toiles les plus fortes. On pourra les voir à la Maison de la culture Maisonneuve jusqu'au 3 décembre. Leur passage sur la rue Ontario Est laissera une trace indélébile puisque le premier étage de la Maison de la culture Maisonneuve sera officiellement nommé «Zone Molinari - Lieu d'expression actuelle» ce soir à l'occasion du vernissage de l'exposition.