Radio-Canada - Le Mouvement pour une radio culturelle dépose une plainte au CRTC

Incapable de se résoudre à la disparition de la Chaîne culturelle, le Mouvement pour une radio culturelle au Canada (MRCC) passe à l'attaque en déposant auprès du CRTC une plainte formelle contre Radio-Canada.

Le MRCC exige de l'organisme réglementaire la tenue d'une audience publique afin que le public puisse être entendu sur cette affaire. En effet, le groupe estime que l'abandon de la Chaîne culturelle est contraire au mandat de Radio-Canada, à ses conditions de licence et à ses engagements puisque cette chaîne a été remplacée «illégalement par une chaîne de diffusion de musique continue de type commerciale», affirme le MRCC.

La direction de Radio-Canada, qui avait annoncé en mai dernier que la Chaîne culturelle serait remplacée par une chaîne musicale, a inauguré la chaîne Espace Musique le 7 septembre suivant. Le MRCC avait été créé à l'automne par Jean Portugais, un professeur d'université mélomane qui avait commencé à recueillir les protestations des auditeurs.

Le mouvement a recueilli 11 000 signatures de citoyens ainsi que l'appui de plusieurs organismes dont l'Union des artistes, l'Union des écrivains, l'Association des libraires, la Guilde des musiciens, la Cinémathèque québécoise, l'Orchestre métropolitain, le Festival de théâtre des Amériques, et ainsi de suite.

En conférence de presse hier à Montréal, les sympathisants du mouvement ne mâchaient pas leurs mots. La disparition de cette chaîne est «un acte de violence sans précédent envers la culture», soutient Jean Portugais. Pour le compositeur Gilles Tremblay, «on assiste actuellement à un véritable sabotage culturel, et c'est un scandale plus grave que celui des commandites».

Le groupe veut faire la preuve devant le CRTC que Radio-Canada a manqué à ses obligations démocratiques et juridiques en ne tenant pas de débat public sur le changement de vocation de la chaîne. «On ne peut pas disposer d'une chaîne de radio publique comme s'il s'agissait d'un média privé», soutient Jean Portugais.

On rappelle que le vice-président à la radio française de Radio-Canada, Sylvain Lafrance, s'était engagé en 1999 devant le CRTC à maintenir «une chaîne culturelle dédiée à l'expression de la musique, des arts, de la culture et des idées», selon ses propres mots.

Le MRCC a également lancé hier un pamphlet qui contient différents textes de réflexion autour de la disparition de la chaîne et qui sera diffusé gratuitement à 6500 exemplaires dans les librairies du Québec.

La directrice générale des communications de la radio de Radio-Canada, Guylaine Bergeron, a rappelé au Devoir hier que «des consultations ont eu lieu avec le personnel, les auditeurs et le milieu culturel» avant de procéder au lancement d'Espace Musique. «La Chaîne culturelle rassemblait seulement 1,2 % de l'auditoire à Montréal, et il devenait difficile de légitimer le service public et de demander des budgets», a-t-elle ajouté.

Mme Bergeron a aussi rappelé qu'en mai dernier, Sylvain Lafrance avait présenté au CRTC le projet Espace Musique, «même s'il n'était pas obligé de le faire», sans que le CRTC manifeste d'opposition.
1 commentaire
  • Maryse Courville - Inscrite 3 février 2005 11 h 50

    Pour qui se prend le MRCC?

    Je suis une auditrice ravie d'Espace Musique. La culture y est très bien servie. Ce matin elle m'a donné la chance de saluer le lever du soleil sur une très belle pièce de Debussy, suivie d'un commentaire intéressant sur la découverte de la route des Indes par un navigateur portugais accompagné de pièces musicales anonymes de cette époque. Hier soir je suis rentrée chez moi au son du jazz avec André Vigeant et j'ai hâte de faire de même ce soir. L'ancienne chaîne culturelle était ennuyeuse et empesée. Le MRCC se fourvoie.