Le Grand Costumier amasse 30 000$

Une robe de la collection
Photo: Le grand costumier Une robe de la collection

Du 1er juin au 31 juillet, le Grand Costumier a mené une campagne de sociofinancement dont l’objectif était de 30 000 $ sur la plateforme La Ruche. Avec les 30 383 $ maintenant récoltés auprès de 202 contributeurs, le Grand Costumier pourra aménager ses locaux de l’édifice Gaston-Miron.

« Les locaux étaient inoccupés depuis 10 ans, il a donc fallu balayer et poncer le plancher afin de rendre les lieux plus conviviaux pour nos clients et les visiteurs », explique Marie Houde, directrice générale du Grand Costumier.

Des rénovations structurantes ayant été faites par la Ville, le Grand Costumier avait besoin du montant amassé afin de pouvoir répondre aux normes d’humidité et de condition d’air pour préserver les costumes.

« Nous devions poser de la pellicule antibuée dans la centaine de fenêtres de nos locaux, qui sont situés dans un édifice bâti en 1917, car la lumière est l’ennemie numéro un du textile. »

Rappelons que l’annonce de la fermeture du costumier de Radio-Canada, lequel comprenait 90 000 costumes, en octobre 2014 avait suscité beaucoup d’émoi. Qu’allait-il advenir de la robe de Fanfreluche et du chapeau de Bobino ? Où l’équipe d’Infoman allait-elle trouver ses déguisements ? À l’initiative de la CDEC Centre-Sud/Plateau et des producteurs KOTV, Salvail Co. et le Groupe Fair-Play, le Grand Costumier a pu voir le jour.

« Le Grand Costumier n’a pas de fonction muséale, rappelle Marie Houde. Les 143 costumes patrimoniaux se trouvent au Musée de la civilisation à Québec, où il y aura éventuellement une exposition. C’est grâce à l’élan d’amour du public et au soutien d’artistes comme Chantal Lamarre et MC Gilles, qui ont fait des capsules pour la campagne de sociofinancement, que le Grand Costumier existe. »

En fonction depuis mai 2016, le Grand Costumier, qui est soutenu par le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal, a pour l’instant une quarantaine de clients provenant de la télévision, du cinéma et du théâtre. Depuis l’ouverture de ses portes, une vingtaine de costumes s’est ajoutée à l’imposante collection.

À visiter

Le Grand Costumier compte ouvrir officiellement ses portes au public en novembre. Les premiers à visiter les lieux seront les contributeurs de la campagne de sociofinancement. Le public aura droit lors des visites à une leçon d’histoire du bâtiment, de la collection et des différents métiers de la confection du costume.

« Le Grand Costumier est un organisme à vocation communautaire, ce qui n’était pas la mission de Radio-Canada ; nous comptons bonifier la collection en ciblant les productions et ouvrir nos portes aux étudiants et à la relève des créateurs », promet Marie Houde, qui envisage l’avenir de l’organisme avec beaucoup d’optimisme.