Arrivé à Montréal, Dieudonné a été refoulé aux douanes

Une publication tirée de la page Facebook de l'humoriste français Dieudonné.
Photo: Facebook Une publication tirée de la page Facebook de l'humoriste français Dieudonné.

Intercepté par deux agents des services frontaliers à sa sortie d’avion, l’humoriste français Dieudonné M’Bala M’Bala a finalement été refoulé en début de soirée, mardi.


L’humoriste controversé Dieudonné a annoncé sur sa page Facebook qu’il devait faire un « aller-retour », mais qu’il reviendrait « en paix » — référence au titre de son spectacle — à Montréal, mercredi.


Arrivé en sol canadien peu avant 13 h, sur le vol 342 d’Air France, l’artiste controversé devait présenter son spectacle En paix, dont 12 représentations sur 13 affichent déjà complet, du 11 au 18 mai. La tournée québécoise devait l’amener à Montréal (Espace Mushagalusa), à Québec (La Scène Lebourgneuf) et à Trois-Rivières (La P’tite Grenouille).


Le 22 avril, le maire de Montréal Denis Coderre exprimait via Twitter son désaccord avec la venue de l’humoriste français :« Une personne qui incite en Europe à la haine raciale et qui est un fomenteur de tensions sociales n’est pas le bienvenu à Mtl. Dieudonné OUT ». Pour sa part, la ministre responsable de la Culture, Mélanie Joly, a confirmé suivre le dossier « de près ».


Rappelons que la galerie d’art de l’Espace Mushagalusa a été vandalisée samedi dernier. L’auteur des graffitis racistes prétend que l’incident n’est pas relié à la venue de l’humoriste. Une plainte a été déposée à la police par le propriétaire des lieux Mushagalusa Chigoho, qui a affirmé que les représentations ne seront pas annulées.


Dieudonné de nouveau condamné par la justice française

À quelques heures de son arrivée en sol canadien, on apprenait que Dieudonné M’Bala M’Bala avait été condamné par la justice française pour des propos antisémites tenus dans des passages de l’un de ses spectacles, La bête immonde. Déclaré coupable des délits d’injure raciale et de provocation à la haine par le Tribunal correctionnel de Paris, l’humoriste de 50 ans a été condamné à deux mois de prison avec sursis et une amende de 10 000 euros. L’artiste compte près d’une quinzaine de condamnations, dont une amende de 28 000 euros en 2013 pour provocation à la haine raciale et deux mois de prison avec sursis en 2015 pour apologie d’actes de terrorisme.
18 commentaires
  • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 10 mai 2016 19 h 31

    Pourquoi donner alors la parole à Adil Charkaoui?

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 11 mai 2016 08 h 36

      Adil Charkaoui a droit de parole depuis que le gouvernement Harper lui a accordé la citoyenneté canadienne.

      Et il a droit de parole au Collège Maisonneuve depuis qu'on lui a loué un local disponible et ce, en vertu d'un bail dont aucune clause ne prévoit de motif de révocation qui pourrait être invoqué dans ce cas-ci.

      Et plutôt que de rédiger un bail type au bénéfice de toutes les maisons d'enseignements qui louent des locaux pour pallier aux coupes du gouvernement Couillard, ce gouvernement s'est contenté de présenter le projet de loi 59 (une passoire) et de commander un plan d'action contre le radicalisme au Collège Maisonneuve. Le rapport, publié hier, est le plus niais que j'ai lu de ma vie.

  • Lucien Cimon - Abonné 10 mai 2016 20 h 02

    L'art de fabriquer de faux drames par le biais des médias en mal de trouver des éléments de diversion des vrais problèmes.
    Quelle connerie!

  • André Tremblay - Abonné 10 mai 2016 20 h 08

    Imprimatur des années 60

    Ça me rappelle ce qui exisait dans ces années. L'église catholique avait droit de regard sur tout. Aujourd'hui, ce sont ceux qui utilisent le langage de bois qui ont ce pouvoir. On n'avance vraiment pas. Je suggère qu'on retire du dictionnaire le mot juif. Comme cela ils seront contents.

  • Benoît Bouchard - Abonné 10 mai 2016 20 h 21

    Je n'osais croire qu'un individu considéré comme indésirable dans son propre pays puisse "acceptable"au Québec. La décision des douaniers me rassure.

    • André Tremblay - Abonné 10 mai 2016 21 h 27

      Moi ce qui m'inquiète, c'est que nos politiciens laissent aux douaniers la responsabilité d'accepter ou de refuser quelqu'un. Ça prouve qu'ils trouvent toujours quelqu'un derrière qui se cacher quand ils ne veulent pas prendre de décision. Ce qu'ils font probablement 24 heures par jour, incluant le "selfie" Trudeau.

    • Jean-Pierre Papineau - Abonné 10 mai 2016 22 h 26

      Vous faites pitié, monsieur Bouchard. Si Dieudonné était un satané, aurait-il la liberté qu'on lui reconnait partout ailleurs dans le monde?
      JPPapineau

  • Jean-Pierre Papineau - Abonné 10 mai 2016 21 h 24

    Le retour de l'inquisition

    Il nous faut toujours l'image d'un Satan pour faire peur au petit peuple ignare incapable de distinguer entre la caricature et le réel. Une chance que le fédéral est là pour remplacer nos prêtres d'antan pour lesquels tout était prétexte pour nous vouer à la géhenne.
    Dieudonné est-il aussi néfaste pour notre populo qu'un Cherkaoui auquel nous prêtons allègrement nos locaux scolaires pour embrigader nos jeunes à joindre Daesh?
    JPPapineau