Michel Perron démissionne de la Société des musées québécois

Dévoilement d'une exposition au musée d'archéologie et d'histoire Pointe-à-Callière de Montréal en février 2016
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Dévoilement d'une exposition au musée d'archéologie et d'histoire Pointe-à-Callière de Montréal en février 2016

Le directeur de la Société des musées québécois (SMQ), Michel Perron, a remis sa démission après 19 années de service. M. Perron a tenu à préciser qu’il ne partait pas pour aller à la retraite ou pour relever d’autres défis, mais parce que des différends, qui n’ont rien à avoir avec son équipe, l’empêchaient désormais d’accomplir convenablement sa tâche. Il restera en poste jusqu’au 12 mai prochain.

De son côté, la présidente de la SMQ, Mme Katy Tati, a dit que le conseil d’administration de la SMQ avait accepté la démission de M. Perron « avec étonnement et regret ».

« Sa contribution à la SMQ a été remarquable, a-t-elle dit, et nous allons garder de monsieur Perron le souvenir d’un homme compétent, d’une implication profonde. »

Parmi les réalisations de M. Perron à la SMQ, mentionnons la mise en place de la trilogie des Rencontres francophones nouvelles technologies et institutions muséales, la création de l’Observatoire des musées, de Musées à Découvrir, et le rayonnement du réseau Info-Muse. M. Perron a aussi été responsable de l’organisation et de la tenue du Grand chantier des états généraux des musées du Québec en 2011.

Le conseil d’administration a entrepris le processus pour pourvoir au poste laissé vacant par M. Perron.

La Société des musées du Québec représente quelque 300 institutions membres et environ 600 membres individuels. Elle a comme mission de défendre et de représenter les intérêts du milieu muséal. Elle agit aussi comme association touristique sectorielle pour les musées québécois.