Donner accès à notre cinéma indépendant

Claude Lafleur Collaboration spéciale
Anne Paré
Photo: Anne Paré

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Les Films du 3 mars (F3M) ont été retenus comme finaliste du 31e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal « pour le caractère unique de son mandat, pour l’accompagnement exemplaire de chaque titre de son catalogue ainsi que pour son flair à dénicher des oeuvres importantes de créateurs indépendants, connus, issus de la relève ou de la diversité culturelle ».

Il s’agit d’une OSBL qui propose une démarche originale en ce qu’elle diffuse, distribue et fait la promotion d’oeuvres audiovisuelles, sur tout support existant, de nos cinéastes indépendants.

« Les Films du 3 mars sont nés de la volonté de cinéastes, de producteurs et d’auteurs indépendants de créer un organisme à but non lucratif pour faire la distribution de courts et de longs métrages ainsi que de documentaires indépendants, explique Anne Paré, directrice générale de F3M. Et le 3 mars [2005], c’est la journée de fondation de notre organisme ! »

F3M n’est pas une boîte de production, poursuit-elle, mais c’est le seul organisme de distribution ayant une expertise de sortie de films en salle. Sa collègue Clotilde Vatrinet, directrice des projections publiques, précise : « Nous nous sommes donné comme mission de diffuser les longs métrages documentaires en salle puisque, à l’époque, il n’y avait pas beaucoup de distributeurs privés qui voulaient prendre le risque de porter à l’écran des documentaires québécois. Il s’agissait donc de projets orphelins. »

Par conséquent, F3M est soutenu financièrement par les trois conseils des arts (de Montréal, du Québec et du Canada) afin justement de diffuser le cinéma indépendant. « Le cinéma qu’on dit un peu plus à risque », commente Mme Paré. Nous sommes donc les seuls à Montréal qui possédons une expertise de sortie en salle et sur tous les autres marchés ».

Accompagnement

Selon les besoins, l’équipe de F3M accompagne aussi les cinéastes et producteurs à toutes les étapes de la réalisation d’un projet, de sa préparation ou de la scénarisation jusqu’au montage final.

Comme le décrit Anne Paré, F3M accueille tout type de projet à diverses étapes. « Certains sont encore à l’étape de projet ou de l’écriture, d’autres en sont au premier montage ou déjà finis, dit-elle, et nous, nous avons cette particularité d’accompagner le cinéaste dans toute sa démarche. » Clotilde Vatrinet ajoute que le fait de se joindre à un projet encore à l’étape du scénario permet de mieux l’accompagner. « Parfois, nous allons “enligner” un cinéaste sur comment faire son film, dit-elle, puisque certains viennent nous voir avec un besoin d’accompagnement. »

Par la suite, Les Films du 3 mars s’occupent de la mise en marché du film. Clotilde Vatrinet se charge des projections publiques partout dans le monde, y compris dans les festivals, ainsi qu’un peu partout à travers le Québec. De son côté, Sarah Junique sollicite le plus grand nombre possible de salles de cinéma, ainsi que les télédiffuseurs, le marché éducatif, les commerces spécialisés, etc. De plus, F3M conclut des partenariats avec des agents internationaux, tout en offrant ses films sur DVD ou via iTunes, Amazon et par l’entremise de sa propre plateforme, f3msurdemande.ca.

« Alors là, nous rendons vraiment très accessible le cinéma indépendant québécois », lance joyeusement Anne Paré.