Les 7 doigts de la main nommés Artiste pour la paix

Patrick Léonard, un des membres fondateurs des 7 doigts de la main, a fait quelques acrobaties sous le regard du d.g. du collectif, Nassib El-Husseini.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Patrick Léonard, un des membres fondateurs des 7 doigts de la main, a fait quelques acrobaties sous le regard du d.g. du collectif, Nassib El-Husseini.

C’est le collectif du cirque Les 7 doigts de la main qui a été nommé hier Artiste pour la paix (APLP) pour l’année 2014, en reconnaissance de ses quatre nouvelles créations, qui témoignent de « son engagement envers la paix et la solidarité ». Le regroupement Artistes pour la paix a souligné la création du spectacle interactif A muse, qui célèbre l’imagination des enfants et qui tente de faire renaître cette propriété enfantine chez les adultes. Ce spectacle a été présenté, entre autres pays, en Colombie et au Mexique.

Parmi les autres spectacles cités, on note Intersections, un spectacle qui se fonde sur l’idée du partage de l’intimité avec le public. Le spectacle Cuisine et confessions fait pour sa part revivre la tradition ancestrale à travers différentes recettes culinaires. Enfin, Traces met en scène des artistes réfugiés dans un abri de fortune, dont l’art est le seul moyen de faire face à la destruction.

Animée par le musicien Domlebo (alias Dominique Lebeau), la cérémonie a également permis de rendre hommage à différents artistes de la scène québécoise. Au premier chef, un hommage posthume a été rendu à Paul Buissonneau, en présence de sa compagne, Monik Barbeau, et d’Yvon Deschamps.


Raôul Duguay a pour sa part prononcé un discours en l’honneur de Dolorès Duquette, comédienne qui a fondé le regroupement des Artistes pour la paix.  


Un hommage a également été rendu à la cinéaste abénakise Alanis Obomsawin, pour l’ensemble de sa carrière. « Alanis Obomsawin reçoit à 82 ans cet hommage pour son engagement constant envers les Premières Nations, qui correspond au désir de paix et de réconciliation nationale des Artistes pour la paix », peut-on lire dans le communiqué du regroupement. En 2014, Mme Obomsawin a lancé son film Trick or Treat, sur l’engagement des jeunes autochtones dans le mouvement Idle No More.

C’est la présidente des Artistes pour la paix, Guylaine Maroist, qui lui a remis cet hommage.


*Ce texte a été modifié après sa publication.