Suzanne Lapointe est décédée

L’ex-animatrice des «Démons du midi» Suzanne Lapointe est décédée vendredi à l’âge de 80 ans.

Selon le journaliste artistique Roger Sylvain, qui la connaissait depuis 50 ans, Mme Lapointe était très malade d’une récidive de cancer, et elle souffrait de la maladie d’Alzheimer depuis quelques années. Elle est décédée dans un centre hospitalier de soins de longue durée.

Suzanne Lapointe est née à Montréal le 16 mai 1934 d’un père voyageur de commerce, pour les biscuits Marvin’s, et d’une mère créatrice de vêtements.

Dotée d’une jolie voix, c’est d’abord vers des études de chant classique que se dirige la jeune fille. Elle étudie au conservatoire, puis se voit décerner une bourse du Conseil des arts du Canada. De retour au Québec après avoir passé deux ans à se perfectionner à New York, elle n’aura eu guère le temps de chanter qu’elle devient hôtesse, en 1959, du populaire jeu télévisé La Poule aux oeufs d’or, animé par Roger Beaulu, ce qui deviendra sa porte d’entrée dans le domaine artistique québécois.

Suzanne Lapointe se fait par ailleurs une réputation d’excellente cuisinière: elle a publié une douzaine de livres de recettes entre 1970 et 1989, dont La Cuisine de maman Lapointe et Plaisir de recevoir. Son gâteau aux fruits était particulièrement prisé, et chaque Noël, l’animatrice en confectionnait plusieurs qu’elle offrait à son entourage et qu’elle mettait aux enchères pour des oeuvres de charité.

Son intérêt pour la chose culinaire la mène d’ailleurs à animer, de 1996 à 1999, l’émission quotidienne Attention c’est chaud, en compagnie du jeune chef Daniel Vézina. Elle avait aussi animé à Télé-Métropole une émission «d’affaires féminines», Votre amie Suzanne, de 1978 à 1983.

Mais c’est à la fin des années 1980 que sa carrière atteint son apogée, lorsqu’elle coanime, avec Gilles Latulippe, la quotidienne Les Démons du midi, qui obtient un énorme succès.

Ensemble, le duo d’enfer accueillera des invités et des artistes, parfois au tout début de leur carrière. Mais surtout, ils feront rire le public grâce à des sketchs de burlesque où Mme Lapointe, en faire-valoir de Gilles Latulippe, aura bien du mal à garder son sérieux devant son partenaire rompu aux ficelles du comique, qui la surprenait souvent en sortant des coulisses avec des costumes improbables.

«On la regardait rire et on avait envie de rire aussi», se rappelle Roger Sylvain en évoquant son rire en cascade devenu une marque de commerce. M. Latulippe l’a d’ailleurs invitée pour partager la scène de son mythique Théâtre des Variétés, rue Papineau, haut-lieu — et le seul — du burlesque à Montréal.

L’aventure des Démons durera six ans, de 1987 à 1993, au cours desquels le rire contagieux de Suzanne Lapointe résonnera dans les chaumières.

Elle avait survécu il y a quelques années à un cancer du sein et cette cause lui a ensuite toujours tenu à coeur. Dévouée auprès d’un grand nombre de causes, elle a été membre du conseil de la Fondation de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme, a présidé des collectes de fonds et a parcouru la province comme porte-parole du programme de dépistage du cancer du sein.

Pour «sa carrière en tant qu’animatrice, comédienne et auteure, et pour son dévouement au sein de nombreuses organisations caritatives», Suzanne Lapointe est nommée membre de l’Ordre du Canada en 2009.

Le 23 septembre dernier, son comparse des Démons, Gilles Latulippe, la précédait dans la mort, à l’âge de 77 ans.

«Ils vont continuer Les Démons du midi au ciel», a lancé Roger Sylvain, vendredi.