Roland Jomphe 1917-2003 - Mort du chantre de la Minganie

Une voix de la mer nous a quittés. Roland Jomphe, le chantre de la Minganie et l'auteur de plusieurs recueils de poésie, dont De l'eau salée dans les veines, célébrant la beauté de l'Archipel de Mingan, s'est éteint hier à l'âge de 86 ans.

Longtemps, ceux qui allaient faire un tour sur la Côte-Nord jusqu'au Havre-Saint-Pierre et partaient visiter en face les îles Mingan, s'arrêtaient écouter, dans une petite salle, les conférences données par Roland Jomphe. Diapositives à l'appui, il témoignait de son amour pour les îles et pour leurs incroyables monolithes auxquels le vent et l'érosion avaient prêté les formes les plus étonnantes. La rencontre avec Roland Jomphe, qui adorait parler de son enfance et de sa passion pour l'archipel, faisait partie du périple au Havre. Roland Jomphe avait contribué à baptiser les monolithes en fonction de leur apparence: Pot de fleurs, etc. Les noms leur sont restés.

À la naissance de R. Jomphe en 1917, Havre-Saint-Pierre s'appelait encore Pointe-aux-Esquimaux. Roland Jomphe était issu d'une famille de pêcheurs de morue et son terrain de jeu, c'étaient ces îles merveilleuses où frayait le caplan, hantées par les macareux moines (perroquets des mers), îles qu'il arpentait en tous sens. De 1944 à 1948 il fut secrétaire d'une coopérative de pêcheurs. Puis, la compagnie Fer et Tinane s'installa dans la petite ville, et plusieurs pêcheurs changèrent de vocation. Un grand nombre se firent mineurs. Roland Jomphe devint de son côté sacristain au service de la Fabrique municipale. Avec sa chaloupe, il prit l'habitude de montrer les beautés des îles Mingan aux amis et visiteurs. Quand il devint secrétaire-trésorier du Havre-Saint-Pierre, voyageant davantage, il étendit son champ de rayonnement en convertissant de plus en plus de monde aux beautés de sa région. Plusieurs compagnies de bateaux, dans le sillage des efforts de Jomphe, ont entrepris de faire la navette entre la ville et les îles, qui sont devenues aujourd'hui de grandes attractions touristiques.

En 1978, il publia son premier recueil de poésie De l'eau salée dans les veines, art naïf tissé de mots, qui eut un grand rayonnement. D'autres livres ont suivi, dont À l'écoute du temps en 1983 et À l'ombre d'un village en 1988. En 1981, Roland Jomphe fut nommé officier de l'Ordre du Canada et en 1987, chevalier de l'Ordre national du Québec.

«Unité de la rivière, unité de l'océan/ Où est la goutte la plus utile/ Où est la goutte la plus importante/ La profondeur la surface/ En vague qui brise/ Le fond qui se cache/ Le profond qui nous grise»

De l'eau salée dans les veines, Roland Jomphe, Leméac, 1978.