«Saga» FFM–SODEC: des personnalités s’insurgent

Le président du Festival des films du monde, Serge Losique, et la directrice générale Danièle Cauchard
Photo: Annik Le président du Festival des films du monde, Serge Losique, et la directrice générale Danièle Cauchard

Divers acteurs du monde du cinéma se sont portés à la défense de la présidente de la SODEC, Monique Simard. Cette dernière a été mardi la cible d’attaques dans les médias par la directrice générale du Festival des films du monde de Montréal (FFM). Dans une lettre publiée mardi dans La Presse, la directrice générale du FFM, Danièle Cauchard, s’en est prise à Mme Simard, qui a coupé le financement public du festival, dont la prochaine édition débute dans un mois. Elle l’accuse notamment de discrimination lorsqu’elle parle du CA du FFM, de nuire à la réputation du festival à l’échelle internationale, de faire la leçon sur la gouvernance sans raison, d’utiliser les fonds publics « pour sa vendetta personnelle » et même de diffamation.

 

Sans vouloir s’immiscer dans les relations entre la SODEC et le FFM, une quarantaine de personnalités publiques ont tenu « à s’insurger contre les attaques personnelles » formulées à l’égard de Mme Simard, dont elles soulignent « l’excellent travail de gestion ». Parmi les signataires, on retrouve notamment le producteur Roger Frappier, les réalisateurs Philippe Falardeau, Manon Briand, Kim Nguyen, de même que l’acteur David La Haye.

 

Cette sortie publique est survenue, mardi après-midi, peu après que le conseil d’administration de la SODEC eut réitéré son appui quant à la décision de Mme Simard de ne pas soutenir financièrement le FFM. Dans un communiqué, le CA estime que « les attaques personnelles virulentes dont fait l’objet Madame Simard […] sont inacceptables » et qu’il s’agit d’un autre exemple qui démontre « combien il est difficile, depuis des années, d’entretenir de saines relations avec les dirigeants du FFM. »

 

Le directeur des communications du FFM, Henri Welsh, a annoncé au même moment qu’il démissionnait de son poste et qu’il en avait déjà informé le président du FFM, Serge Losique. Dans un court message, il explique qu’il n’avait pas été mis au courant de la lettre de Mme Cauchard et que s’il en avait été informé, il aurait déconseillé sa publication. « Je ne crois pas que le FFM sorte grandi de cette affaire, au contraire. Il me semble que les attaques personnelles sont stériles et ne font qu’envenimer le débat », écrit-il en ajoutant qu’il « respecte l’engagement et la mission du FFM dans la défense du cinéma ». M. Welsh dénonce surtout le ton utilisé par Mme Cauchard dans sa lettre, et dit qu’il ne pouvait endosser cette façon de faire.

 

À la SODEC, la directrice des communications a indiqué que Mme Simard ne commentera pas davantage la situation pour le moment. Des avocats ont pris connaissance de la lettre et doivent évaluer si des poursuites seront éventuellement entreprises. Aucune action n’a été prise pour le moment.

Les attaques personnelles virulentes dont fait l’objet Madame Simard […] sont inacceptables

3 commentaires
  • Anne-Marie Allaire - Abonnée 16 juillet 2014 08 h 22

    Mesdames?

    A quand le vrai match de boxe? Vous pourriez y faire participer l'ex ministre de la culture, mme St-Pierre, qui tente de son coté de populariser ce nouveau type de festival estival.

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 16 juillet 2014 13 h 59

    Chassez le naturel...

    Madama Cauchar a annoncé son départ du FFM. Elle a donc sorti toute sa hargne accumulée au fil des ans pour assasiner par la voie des médias sa bête noire. Ce duo a toujours agi ainsi. Ils se gardaient une petite gêne lorsqu'ils recevaient des subventions, mais là, ce n'est plus nécessaire. Ce duo a traité les organismes subventionnaires d'amateurs. Ils ne seraient pas à la hauteur des vues du FFM. Lorsqu'on en est rendu à sous-entendre "après moi le déluge", il est temps de mettre la clef à cette porte.

    Les Montréalais adorent le cinéma international, et bien d'autres l'ont précédé. Un autre, plus sain, lui succèdera. Bonne chance au coureur.

  • Francis T. - Inscrit 17 juillet 2014 06 h 26

    Toujours plus facile de démolir que de Construire .

    Bravo à Danièle Cauchard .

    Je pense que madame la Présidente du FFM devrait se lancer en politique .Voilà enfin quelqu'un qui n'a pas peur de dire le fond de sa pensée . Madame Cauchard n'a ''jamais fait dans la dentelle'' .

    Quand on se bat pour la survie de ce qui fut le projet de notre vie , la réaction de madame Cauchard est soit émotive mais tout à fait normale . Elle défend son festival comme le ferait une mère qui défend son enfant . Madame Cauchard est une passionnée.

    Le Festival des films du Monde est le seul événement cinématographique reconnu par la FIAP en Amérique du Nord depuis 38 ans .

    Peut-on accuser Monique Simard de basse oeuvre envers le FFM ? Imaginer en France si un fonctionnaire voudrait ''tirer la plug'' au Festival de Cannes ou chez nos voisins du festival de sundance .

    C'est tout à fait normal qu'on s'interroge sur le letmotiv de la présidente de la SODEC dans ce dossier . Comme si le FFM n'était qu'un autre festival du genre festival de la patate... Le FFM à certainement besoin d’être ''revamper'' . Je crois que la tutelle aurait été préférable que l'agonie . Toujours plus facile de démolir que de Construire .. Que ferait donc Monique Simard avec le Stade Olympique si elle serait à la tête de la RIO ?

    Et J'aimerais bien savoir de madame Simard qu'à t-elle fait depuis son arrivé à la tête de la SODEC pour promouvoir le FFM à l'étranger ? Qu'est que la présidente de la SODEC nous propose pour remplacer la diffusion d'oeuvres venant de l'étranger durant la saison estivale ?