Le traité de Paris sera exposé à Québec

Paris — À moins d’un imprévu de dernière minute, le traité de Paris, qui a scellé la cession du Canada à l’Angleterre en 1763, sera exposé à Québec cet automne. Le précieux document qui a conclu la guerre de Sept Ans entre la France et l’Angleterre sera exposé au Musée de la civilisation pendant une dizaine de jours à compter du 21 septembre. Ce prêt exceptionnel précédera de peu la visite officielle que fera au Québec le président François Hollande cet automne. Même si le ministère des Affaires étrangères français précise que certaines questions techniques liées au transport, à la conservation, et à la sécurité du document n’ont toujours pas été réglées, la décision semble prise au plus haut niveau.

 

C’est la première fois que le document quittera les archives du ministère des Affaires étrangères, situées à La Courneuve, en banlieue de Paris. Le directeur du Musée de la civilisation, Michel Côté, confirme qu’il entend présenter ce traité dans le cadre des expositions intitulées Rares et précieux qui se tiennent chaque année au musée et qui permettent aux visiteurs de découvrir des documents exceptionnels. Contrairement aux grandes messes qui rassemblent des dizaines de milliers de visiteurs, le traité de Paris ne pourra être vu que par tout au plus un millier de privilégiés. La visite, qui durera environ 45 minutes, ne sera possible que par groupes d’une trentaine de personnes accompagnées d’un guide qui expliquera en détail le contexte de sa signature qui exigea trois ans de négociations.

 

Le musée en profitera pour exposer aussi des cartes, des livres et des manuscrits de cette époque tirés de la fabuleuse collection du Séminaire de Québec. Cette collection est l’un des deux seuls fonds d’archives canadiens reconnus par le programme Mémoire du monde de l’UNESCO.

 

Une guerre mondiale

 

« Nous voulons faire de cette exposition une expérience intimiste ainsi qu’une occasion de réfléchir au contexte et aux conséquences du traité de Paris », dit Michel Côté. L’exposition sera accompagnée d’une série de conférences ouvertes à tous qui se tiendront au Musée de l’Amérique francophone.

 

Loin de sceller le seul sort de la Nouvelle-France, le traité de 1763 mit fin à un affrontement qui se déroula sur trois continents et assura la mainmise de la Grande-Bretagne sur les mers. Par ce traité, la France ne perdait pas seulement le Canada et la Louisiane (cédée à l’Espagne), mais aussi Minorque, plusieurs îles des Antilles et ses comptoirs de Pondichéry, Kârikâl, Mahé, Yanaon et Chandernagor.

 

Il ne s’agit pas seulement de rappeler Wolfe et Montcalm, dit la responsable des services de documentation du Musée, Pierrette Lafond. « L’exposition permettra de découvrir des voix qui se sont tues », dit-elle, comme celle du curé de Québec, Félix Richer, qui tint une chronique minutieuse de l’effroyable bombardement de Québec. 
 

Un nouvel éclairage

 

On avait aussi envisagé d’exposer le traité de Paris à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) à Montréal. Mais le déplacement d’un document aussi précieux exige des conditions telles que le projet a été abandonné. Afin d’en assurer la conservation, le parchemin doit en effet être maintenu à une humidité, à une température et à une lumière constantes. Il doit aussi être accompagné en permanence d’un conservateur du ministère français des Affaires étrangères.

 

La venue du traité a exigé plus d’un an de discussions entre Paris et Québec. L’opération vient couronner un intense travail d’édition permettant de jeter une lumière nouvelle sur cette période cruciale de l’histoire de ce qui allait devenir le Canada français puis le Québec. Plusieurs ouvrages majeurs ont notamment été publiés par l’historien québécois Denis Vaugeois (éditions Septentrion) et son collègue français Laurent Veyssière du ministère français de la Défense. Tous deux ont d’ailleurs contribué à la venue du traité au Québec.

19 commentaires
  • Grace Di Lullo - Inscrit 12 mai 2014 00 h 09

    .... le traité de Paris ne pourra être vu que par tout au plus un millier de privilégiés.

    J'aimerais bien être invité. Cela serait magnifique de voir ce document, mais je ne crois pas que je ferai partie de ces privilégiés.

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 12 mai 2014 08 h 27

    Les traités et plus, please.

    Le document constituant la "Cie des cent associés" la raison d'un développement lent et retardé de la colonie française,

    Le traité d'Utrecht tout d'abord, celui qui a cédé l'Acadie à l'Angleterre. (Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve, et l'Île du Cap Breton et plus)

    Le traité de Paris pour terminer, celui qui à cédé la Nouvelle-France à l'Angleterre.

    L'entente, entre Napoléon et les États-Unis, 10 millions de dollars pour la rétrocession de la Novelle-Orléans par la France aux États-Unis.

    Cela serait intéressant de constater le peu d'intérêt que la France avait pour sa colonie en Amérique du Nord. Vous savez les quelques arpents de neige ?

    Et vous croyez que la France pourrait être une aide indispensable pour le développement du Québec advenant sa souveraineté ? Moi j'en doute.
    Étudions tous ensemble ces documents.

    • Murray Henley - Inscrit 12 mai 2014 11 h 26

      "Quelques arpents de neige"

      Je pourrais faire un jeu de mots facile, mais je voltaire.

  • Steve Brown - Inscrit 12 mai 2014 09 h 06

    Écrits historiques et politiques

    Et quand Paris va t-il présenter le télégramme diplomatique de l'ambassadeur de France au Rwanda qui annonce que le grand ami, juvenal habyarimana, va bientôt procéder au génocide du peuple Tutsi, tout en expliquant comment il va s'y prendre?

    http://umuvugizi.wordpress.com/2011/11/30/mr-rudas

    Steve Brown
    Charny

    • Yves Côté - Abonné 12 mai 2014 10 h 39

      Monsieur Brown, si vous me permettez et puisque le sujet du jour est l'Histoire coloniale du Québec et du Canada : et quand Londres va-t-il donc présenter le Rapport Durham à Québec, Montréal, etc. en exliquant aux Québécois toute l'affection "loyalist" que leur porte la monarchie britannique et ses sujets bienfaisants de son Dominion canadien ?
      Parce que bon, sans vouloir en rien cacher ou excuser les responsabilités de plusieurs politiciens français sur le drame du Rwanda, votre question me semble un peu à côté du "sujet du jour"...
      Ce qui m'amène à me questionner et à vous demander : sincèrement par quelle suite logique de pensées posez-vous celle-ci précisément ici et aujourd'hui ?
      Comme bien d'autres je crois, je m'impatiente déjà de votre réponse, Monsieur.

    • Steve Brown - Inscrit 12 mai 2014 13 h 33

      Malheureusement pour vous monsieur, les sujets concernant les crimes contre l'humanité ont tendance à s'inviter partout. Si la justice internationale n'était pas aussi inféodé je ne serais pas là, aujourd'hui, en train d'empoisonner votre journée.

      Effectivement, ce n'est pas le sujet de cette page du devoir. Veuillez m'en excuser.

    • Serge Lemay - Inscrit 12 mai 2014 15 h 49

      Monsieur Steve Brown, vous êtes-vous demandé quand Londres va exposer les faits saillants de sa colonisqation en Inde, en Australie, en Amérique et sa politique de la terre brûlée en Acadie puis le déportement de sa population vers la Louisianne, mais je n'en parlerai pas parce que le sujet ici traité, traite du traité de Paris et non des paris faient par Londres à l'époque de sa gloire juste avant que les choses n'empirent dans son Empire ....

    • Steve Brown - Inscrit 12 mai 2014 17 h 56

      @Serge Lemay

      « ...quand Londres va exposer les faits saillants de sa colonisqation en Inde, en Australie, en Amérique et sa politique de la terre brûlée en Acadie puis le... » — Serge Lemay

      Mais faites-le monsieur Lemay. Pourquoi me parlez-vous de londres? Je n'ai jamais vu un britannique de ma vie en chair et en os. Je ne parle même pas anglais.

      Essayez de regarder cette vidéo m. Lemay. Vous devez avoir 18 ans pour la regarder:

      https://www.youtube.com/watch?v=YfTeWhSZiFM

      Steve Brown
      Charny

  • nicole dorion-poussart - Inscrite 12 mai 2014 09 h 18

    Célébrer ses victoires et non ses défaites...

    Je ne comprends vraiment pas la pertinence de tenir une telle exposition !

    Le traité de Paris ne marque-t-il pas la fin de la Nouvelle-France avec la défaite de Montcalm sur les plaines d’Abraham en septembre 1759 et la capitulation signée par le gouverneur Philippe Rigaud de Vaudreuil, en septembre 1760, lorsque Montréal fut assiégée par les troupes britanniques de James Murray, Jeffery Amherst et William Havilland ?

    Pourquoi certains Québécois sentent-ils le besoin de rappeler la Conquête de Québec et de la Nouvelle-France en consacrant une exposition au traité de Paris ? Et qui plus est, le président Hollande visitera le Québec à cette occasion. Quelle ironie !

    Un peuple célèbre habituellement ses victoires, non ses défaites !!!

    • - Inscrite 12 mai 2014 10 h 44

      Madame Nicole, Vous m'enlevez les mots de la bouche, euh... du clavier. Je suis entièrement d'accord avec vous. Cette exposition me fait suer.

    • Jacques Moreau - Inscrit 12 mai 2014 11 h 44

      Voilà! La lecture et surtout, si vous êtes un de chanceux, l'explication qui vient avec ce traité, "déstabilise" la notion de "vaincu" de la Plaine d'Abraham. Fallait savoir que l'attaque sur la Nouvelle-France, n'était qu'un petit à coté d'une plus grande guerre, ... la Guerre de Sept Ans, qui impliquait l'Angleterre, la France, l'Espagne et plusieurs autre pays Européens. Un "bradage" de colonies s'en suit pour payer la "dette de guerre", ... faut bien dédommager le vainqueur d'une guerre, non?

      Ainsi, pour payer "réparation" aux vainqueurs; on a cédé la Nouvelle-France à l'Angleterre et la Louisianne à l'Espagne. Nous n'avons pas été vaincue, ... la France fût vaincue. Nous avons servie de monaie d'échange pour payer les pots cassés. Et ce n'est qu'une partie de la "transaction".

    • Yves Côté - Abonné 12 mai 2014 13 h 11

      Si vous me le permettez Monsieur Moreau, sur "l'attaque" qui "n'était qu'un petit à coté", elle a quand même été celle de la plus grande armada alors jamais organisée dans l'Histoire...
      Ceci dit, je partage entièrement votre point de vue.
      VLQL, Monsieur !

  • Gilles Bédard - Inscrit 12 mai 2014 09 h 19

    Gilles Bédard

    Comment on se fait inviter?