L’éducation artistique pour parer à l’école de la vie

L’apprentissage des arts améliore le rendement des élèves, notamment en mathématiques, et les motive à apprendre. Si d’autres études ont déjà abordé les bienfaits de l’éducation artistique, une récente publication américaine conclut que celle-ci contribue à la réussite à l’école, au travail et dans la vie en général.

 

Non seulement l’enseignement des arts favorise les compétences langagières et développe la pensée critique, mais il stimule l’intérêt des enfants pour l’école en général et améliore leur environnement de vie, rapporte la firme canadienne Hill Stratégies Recherche. Son dernier bulletin pose un regard sur l’étude Preparing Students for the Next America : The Benefits of an Arts Education, qui fait le tour des impacts sociaux de l’éducation artistique, à la lumière d’une quarantaine d’études.

 

Selon cette compilation, les cours d’art préparent les élèves à la réussite professionnelle en développant une série d’aptitudes clés pour bien fonctionner sur le marché du travail du XXIe siècle ; l’esprit créatif, la résolution de problème, la capacité de collaborer, de communiquer et même de diriger.

 

Parce qu’elle accroît la persévérance et développe un sentiment d’appartenance communautaire et d’engagement civique, l’éducation artistique forme aussi à la vie citoyenne.

 

Éducation musicale

 

Fort de ces constats, le document conclut que « tous les enfants d’Amérique méritent une éducation complète et concurrentielle qui comprend les arts. »

 

La publication émane de l’Arts Education Partnership, une coalition d’une centaine d’organisations américaines issues du gouvernement et du monde des arts, des affaires, de la culture et de la philanthropie.

 

Une autre compilation de 23 projets de recherche portant sur l’éducation spécifiquement musicale - aussi publiée par l’Arts Education Partnership - trace les mêmes constats.

 

En améliorant la motricité fine, en stimulant une mémoire de travail supérieure et les capacités de raisonnement, l’apprentissage de la musique prépare les élèves à apprendre.

 

Démystifier le piano ou la guitare renforce aussi la concentration, la persévérance et l’estime de soi, si essentielles pour se frayer un chemin à travers la vie.

2 commentaires
  • Michel Mongeau - Abonné 12 septembre 2013 08 h 15

    L'éducation artistique pour devenir humain.

    Que l'éducation artistique favorise la réussite scolaire, professionnelle ou sociale, ne sont pas conséquences à ignorer. Cependant, l'essentiel n'est pas là. L'éducation artistique contribue à faire de chacun de nous, autre chose que des travailleurs, des performants ou des citoyens plus ou moins éclairés. Elle nous permet de découvrir l'humanité sous d'autres angles, d'apprendre à la sentir, l'imaginer, la recréer et l'étirer. Elle nous offre le pouvoir de découvrir d'autres temps et dimensions, nous propose une discipline dans laquelle l'effort et la souffrance permettent d'éprouver des plaisirs inédits, uniques et puissants. L'art nous rend davantage humain et son étude et sa pratique nous font habiter le monde avec davantage de perspectives et de plénitude.

  • Pierre Girard - Inscrit 13 septembre 2013 15 h 37

    Quand la musique change les destins…

    Un modèle très intéressant est celui développé par Jeunes musiciens du monde avec ses écoles de musique. Les écoles sont implantées dans des milieux où les problèmes socioéconomiques sont nombreux et dont l’offre en activités culturelles et artistiques est largement insuffisante. Les retombées sur les jeunes sont impressionnantes et vont tout à fait dans le même sens que l’article de M. Doyon.

    Pour Jeunes musiciens du monde, l’apprentissage de la musique et l’expression musicale sont des outils exceptionnels pour aider le jeune à s’épanouir et à développer son plein potentiel. Aussi, en plus d’apprendre à jouer d’un instrument de musique selon son rythme et ses capacités, tout est mis en œuvre pour que l’élève voit plusieurs de ses capacités personnelles et sociales évoluer positivement. L’école de musique devient alors un milieu de vie où les jeunes sont exposés à de multiples influences positives.

    Les écoles sont situées à Montréal (Hochelaga Maisonneuve), Québec (St-Sauveur), à Kitcisakik (communauté algonquine) près de Val d’Or, à Sherbrooke (Ascot) et enfin à Kalkeri en Inde.