Noël champêtre au coeur de la ville

Les organisateurs de Noël dans le parc ont conçu un petit écrin féerique peuplé de sapins baumiers et de cabanes de bois où viennent chanter des artistes folk.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Les organisateurs de Noël dans le parc ont conçu un petit écrin féerique peuplé de sapins baumiers et de cabanes de bois où viennent chanter des artistes folk.

À l’angle des boulevards Saint-Joseph et Saint-Laurent à Montréal, le parc Lahaie perpétue depuis 19 ans la tradition des Fêtes avec tout le charme et la poésie d’un Noël d’antan à la campagne. Et à moins que le monde prenne fin d’ici minuit, il ne reste que quatre jours pour aller déguster autour du feu de bois chocolat et vin chauds, saucisses, guimauves et marrons grillés en écoutant de la musique, en chantant et en dansant au rythme de rigodons endiablés.


Comme par enchantement, il suffit de franchir le faux portail de Noël du parc Lahaie, face à l’é glise Saint-Enfant-Jésus-de-Montréal, pour oublier d’un coup ses tracas. En moins de deux, les bruits de la ville et l’heure de pointe n’existent plus. On se croirait en pleine campagne.


Pourtant, nous sommes au centre-ville de Montréal. Quel pied-de- nez au brouhaha des klaxons!


«Mon objectif est de dépayser le spectateur dans sa notion du temps et de faire de Noël dans le parc un lieu d’accueil intemporel», avait dit le concepteur de l’événement, le comédien et créateur de l’Auguste Théâtre, Reynald Bouchard, décédé il y a trois ans.


Des artistes, des jongleurs de feu, des conteurs, de la musique d’ici et d’ailleurs, des moutons dans un enclos, un feu de joie qui crépite au centre du parc et des cabanes en bois aux allures de crèche... Tout est mis en place pour recréer l’ambiance du village de Noël d’autrefois.


«C’est un concept unique», affirme le directeur de Noël dans le parc, Alain Gingras Guimond, qui, avec son équipe, poursuit le rêve de Reynald Bouchard.


«Notre objectif est de continuer le développement de cet événement tout en perpétuant la vision et l’héritage que nous a laissés Reynald. Noël dans le parc prend d’ailleurs de la force. Pour la première fois, la fête a fait un petit dans l’arrondissement Sud-Ouest, au parc Garneau. On y retrouve la même magie.»


Car c’était aussi le rêve des organisateurs de créer des activités ailleurs en ville. «On retrouve au parc Garneau le même décor et les mêmes activités qu’au parc Lahaie», explique Alain Gingras Guimond. Un feu de joie qui flambe en permanence, de petites cabanes en bois où les artistes se donnent en spectacle, un arbre aux oranges, un autre aux boules rouges, des sapins de Noël illuminés… Sans prétention aucune, la formule plaît.


Jusqu’au 24 décembre, c’est sous le thème du country-folk qu’on célèbre Noël dans le parc. Tous les soirs de la sesmaine et les après-midi le week-end, des artistes tels Mara Tremblay (marraine de l’événement), Bernard Adamus, Cindy Bédard, les Soeurs Boulay et Massicotte enfilent tuque et mitaines et viennent donner vie aux cabanes de bois.

 

Noël sous le sapin (bio)


Qui dit Noël, dit sapin. «Non seulement vend-on sur place des sapins baumiers issus de la culture biologique, mais il est aussi possible d’acheter en ligne son sapin de Noël au coût de 8 $ le pied. On le livre même à domicile, le jour de votre choix, si vous n’avez pas la force ou le véhicule pour le transporter, dit Alain Gingras Guimond. Avec une base, au besoin.»


Si la vente de sapins finance en partie Noël dans le parc, à chaque sapin vendu un montant d’argent est remis au Centre de pédiatrie sociale Centre-Sud, dans le cadre de la Grande Guignolée du Dr Julien, dont Noël dans le parc est aussi un point de chute.

 

Noël dans le parc, mais pas seulement


À ne pas manquer, entre autres, aujourd’hui, demain et dimanche, de midi à 20h, le Marché fermier de Noël qui va s’installer juste en face du parc Lahaie. Ni la pièce de théâtre pour enfants, Julbock le bouc de Noël, à 10h30 le 23 décembre, au théâtre de la Source. Ni non plus l’exposition ludique et historique Plaisirs du temps des Fêtes, de 1870 à nos jours, à l’Espace Lafontaine jusqu’au 13 janvier. «Car cette année, plusieurs organismes se sont greffés à nous : l’Espace galerie POP Montréal, les commerçants du boulevard Saint-Laurent, le parc des Amériques, le marché Frontenac, les églises Saint-Enfant-Jésus, Saint-Pierre-Claver et Saint-Stanislas-de-Kostka», dit Alain Gingras Guimond.


Quant au parc Garneau, au coin des rues Monk et Parc-Garneau, il réserve une surprise à ses festivaliers avec en spectacle de clôture, le 23 décembre, Marco Calliari, le rockeur au passé métal qui viendra faire chanter et danser la foule au son de sa guitare. «La fée des étoiles veille certainement sur nous», dit en riant M. Guimond.

 

Noël féerique


Jaser entre amis, rencontrer les voisins, déguster une boisson chaude autour d’un feu de bois, écouter de la musique, assister à une pièce de théâtre pour enfants, faire un tour de calèche, chanter, danser, taper des mains: c’est ça, Noël dans le parc. Un moment de partage et de convivialité. Le plaisir tout simple d’échanger entre amis, de parler à son voisin, de rencontrer un artiste, de regarder enfants et adultes sourire devant le la féerie de Noël. Joyeuses Fêtes!


 

Collaboratrice