Québecor donne 1,5 million de dollars pour l’agrandissement du Musée national des beaux-arts du Québec

Le président de la Fondation du Musée national des beaux-arts, John R. Porter, et les hommes d’affaires Pierre Karl Péladeau et Pierre Lassonde étaient présents à Québec jeudi pour l’annonce de la contribution de Québecor à la Fondation du Musée.
Photo: Clément Allard - Le Devoir Le président de la Fondation du Musée national des beaux-arts, John R. Porter, et les hommes d’affaires Pierre Karl Péladeau et Pierre Lassonde étaient présents à Québec jeudi pour l’annonce de la contribution de Québecor à la Fondation du Musée.

Un rêve autant qu’une nécessité, le projet d’agrandissement du Musée national des beaux-arts du Québec prit son essor à l’automne 2010 alors que fut lancée une ambitieuse campagne de financement. À l’automne de la même année, le consortium formé par la firme néerlandaise OMA et la firme québécoise Provencher Roy + Associés remporta le concours architectural avec son concept cubiste privilégiant les surfaces en verre.


Évalué à 90 millions de dollars, le montage financier allait jusqu’ici comme suit : 67,4 millions de dollars issus des gouvernements provincial et fédéral, 10 millions donnés par l’homme d’affaires Pierre Lassonde (en l’honneur de qui sera nommé le nouveau pavillon), plus une contribution de 5 millions de la Ville de Québec. Au privé, la Fondation du Musée espère aller chercher 24,6 millions, une somme qui permettrait la création de divers fonds. Avec l’entrée en scène de Pierre Karl Péladeau et le don jeudi de 1,5 million, on s’en rapproche.


Pour John R. Porter, pré́sident de la Fondation du Musé́e national des beaux-arts du Qué́bec et commissaire du projet d’agrandissement du Musé́e, la nouvelle ne pouvait pas mieux tomber. « En culture, il s’agit d’un don substantiel ». En retour, le Café du Musée sera rebaptisé Café Québecor du Musée, une distinction nominale standard, précise M. Porter, dressant du même souffle un état des lieux plus qu’encourageant. « À ce jour, notre objectif de financement privé est atteint à 79 %. La campagne se déroule de manière exemplaire. On reçoit évidemment des dons de grandes compagnies, mais également de petites entreprises et d’individus. L’intérêt est manifeste et c’est très stimulant. Au moment de lancer le projet, un sondage avait révélé un taux d’appui de 80 % de la part de la population. Cette opinion favorable, on la sent toujours. » De fait, M. Porter dit n’avoir aucun doute quant à l’achèvement du montage financier.


Un report concerté


Une fois les travaux complétés, ce sont 10 000 mètres carrés de superficie qui auront été ajoutés aux 18 500 existants. 37 000 oeuvres d’art québécoises figurent dans le catalogue du Musée.


Au début de l’aventure, on visait une ouverture en 2014. Or, avec une moyenne de 75 millions de dollars drainés par la construction sur un budget total de 90, la Fondation du Musée trouvait les soumissions de firmes telles Verreault, Pomerleau et EBC trop élevées. Aussi, le conseil d’administration décida-t-il de revenir sur le métier en révisant l’appel d’offres, quitte à repousser le début des travaux sur Grande Allée à Québec. « Un nouvel appel d’offres sera lancé avant Noël », confirme M. Porter. L’inauguration du pavillon Pierre Lassonde aura lieu à l’automne 2015, soit à la même période que celle du nouvel Amphithéâtre de Québec dont Québecor assurera la gestion.


Rappelons que Québecor n’est pas étrangère au mécénat culturel, l’entreprise ayant investi plus de 2,5 millions de dollars dans « Éléphant, la mémoire du cinéma québécois », un organisme dédié à la restauration et au transfert sur support numérique de l’intégralité du patrimoine cinématographique national.

6 commentaires
  • Gilles Delisle - Abonné 14 décembre 2012 07 h 22

    Et les grosses lettres de Québécor vont être installer à quel endroit?

    Ces grands mécènes n'ont pas l'habitude de donner des sous si gentiment sans que leur raison sociale, ou nom personnel ,soit accroché quelque part. Après l'amphithéâtre de Québec, est-ce que le mécène va nous imposer encore une fois le nom de sa compagnie, qui risque de défigurer la devanture du Musée, l'une des belles salles de ce musée national.

  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 14 décembre 2012 08 h 19

    Donnant, donnant

    Pendant que la Ville de Québec allonge 4 à 6 millions de plus pour l'amphithéâtre...en attendant de mettre plus.

  • Lucie Desrochers - Abonnée 14 décembre 2012 09 h 43

    Québécor : un artiste de la peinture, de la sculpture?

    J'aurais de loin préféré plus de discrétion de la part de Québécor. Tout en annonçant le don, la direction du Musée aurait pu, et dû, réserver le nom du café à un ou une artiste de chez nous.

  • Pierre Robineault - Abonné 14 décembre 2012 11 h 54

    Québécor ou la Caisse Dépôt?

    Son oseille ou le mien?

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 14 décembre 2012 14 h 10

    Pollution

    Ça suffit la promo des donateurs. Le biodôme Rio-Tinto-Alcan, le Centre Bell et maintenant Lassonde et Québécor. Ces gens n'ont-ils aucune décence. On aurait beaucoup plus apprécié que ces lieux soient baptisés de noms d'artistes marquants du Québec et ils sont légion.

    De plus, Lassonde fait son jus de pommes avec des pommes... chinoises. C'est bon pour les producteurs d'ici. D'autant plus que ces fruits ne sont sujet à aucun contrôle hygiénique.