Laurent Picard (1927-2012) - Décès d’un grand commis de l’État

Laurent Picard est décédé mercredi à l’âge de 84 ans.
Photo: Louise Lemieux Archives Le Devoir Laurent Picard est décédé mercredi à l’âge de 84 ans.

L’ancien président de la Société Radio-Canada, Laurent A. Picard, est décédé. Il avait dirigé l’institution de 1972 à 1975. C’est sous sa gouverne que la SRC a intégré la tour de l’est de Montréal et complété le passage à la diffusion en couleurs de toutes ses émissions télévisuelles.

Laurent Picard est décédé mercredi à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal. Il avait 84 ans.


« Mon père a connu une double carrière comme professeur d’université et comme grand commis de l’État, explique son fils André Picard, en entrevue au Devoir. Il a toujours été au service de sa société. »


Né à Québec, formé par les jésuites, diplômé de philosophie et de physique de l’Université Laval, Laurent Picard complète un doctorat en administration de la prestigieuse Université Harvard. Sauf erreur, il est même le premier Canadien français à obtenir un Ph. D. dans cette discipline de cette institution, un honneur encore rarissime aujourd’hui.


« Mon père avait une double formation scientifique et philosophique, dit encore son fils. C’était aussi un passionné de culture. Il pouvait citer dans le texte ses auteurs préférés français ou russes, Paul Valéry, Dostoïevski ou Gogol. Il aimait aussi tracer des liens entre les arts visuels et l’administration. »


Devenu docteur, M. Picard intègre d’abord le corps enseignant des HEC. Le professeur Picard passe ensuite à l’École de management de l’Université McGill, dont il devient finalement le doyen.


Parallèlement à cette carrière, il accepte des mandats de consultant pour de grandes firmes ou dans certains secteurs industriels. Le gouvernement fédéral le remarque et lui confie la périlleuse tâche de régler un conflit de travail au Port de Montréal dans les années 1960. André Picard raconte que son père, un costaud, doit alors faire une démonstration de force en levant de lourds crochets pour se faire respecter des chefs de syndicats venus de New York pour chercher à l’intimider.


Le professeur-gestionnaire intègre ensuite la haute direction de Radio-Canada. Il est vice-président de la société d’État pendant la Crise d’octobre et la maison familiale est alors gardée par des soldats. Il est nommé président de Radio-Canada/CBC par le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau.


Revenu à l’enseignement au milieu des années 1970, le professeur s’intéresse beaucoup à la diversité de l’information, la propriété des entreprises de presse et la concentration des médias, déjà jugée excessive dans le secteur. Il participe à la Commission royale sur les quotidiens au début des années 1980. Il préside ensuite bénévolement le conseil d’administration du Devoir.


Laurent Picard est également l’auteur d’un important rapport sur le développement de la région de Montréal, déposé en 1986. Le rapport Picard a notamment servi à identifier des pôles industriels fondamentaux pour relancer la métropole en déliquescence industrielle. Ses effets positifs se font encore sentir aujourd’hui.


Les funérailles de Laurent Picard seront célébrées ce samedi, à 14 h, en l’église Saint-Albert-le-Grand du chemin de la Côte-Sainte-Catherine, à Montréal. Le père Benoît Lacroix officiera.