Vol audacieux au Musée des beaux-arts

Tête d’un homme de style égypto-archaïsant (1er siècle après J.-C.)
Photo: MBAM Tête d’un homme de style égypto-archaïsant (1er siècle après J.-C.)

Deux artefacts archéologiques datant de l'Antiquité ont été volés en plein jour au Musée des beaux-arts de Montréal en octobre dernier. Le service des enquêtes financières de la Sûreté du Québec a lancé hier un appel à la population pour tenter de retrouver le responsable de ces vols.

Les deux objets de grande valeur, un bas-relief assyrien et une tête d'homme en marbre datant de l'Empire romain, ont été subtilisés avant la journée du 26 octobre ou quelques jours avant. Les détails de l'incident n'avaient pas été dévoilés à ce jour pour ne pas nuire à l'enquêteur spécialisé dans le vol d'oeuvres d'art Mark Dalrymple, de Tyler & Co, mandaté par l'assureur AXA ART.

«L'événement s'est produit pendant les heures normales d'ouverture dans un endroit où les pièces n'étaient pas protégées par des vitrines. Nous sommes dans une ville sécuritaire où il n'y a pas d'historique de vandalisme. Le parti pris du musée demeure de privilégier le plus grand accès du public aux oeuvres», a expliqué hier Danielle Champagne, directrice des communications au MBAM.

Mme Champagne a affirmé que toutes les oeuvres du musée sont protégées par des caméras reliées à une centrale de surveillance, certaines étant dotées de détecteurs de mouvement.

L'une de ces caméras de surveillance a d'ailleurs capté l'image d'un individu de race blanche, mesurant environ 5 pieds et 7 pouces, transportant un sac en bandoulière. La compagnie d'assurances AXA ART a offert une récompense de 10 000 $ à toute personne qui pourra identifier clairement l'individu, ou fournir des indices. On ignore si le cambrioleur a agi pour son intérêt personnel ou pour un réseau de revendeurs. La valeur des oeuvres n'a pas non plus été révélée.

Clare Dewey, directrice des réclamations d'AXA ART et chargée du dossier, a indiqué hier que «ces objets, facilement transportables, peuvent avoir franchi les frontières. La priorité pour les agents d'AXA ART, les policiers enquêteurs et l'équipe du Musée est de travailler en étroite collaboration afin de les retrouver».

Le MBAM n'a été victime de vol qu'une seule autre fois en 150 ans d'histoire, lors d'un épisode digne d'un film de James Bond. En 1972, plus d'une cinquantaine d'oeuvres (dont 18 tableaux) ont disparu lors d'un vol spectaculaire, notamment des oeuvres de Rubens, Rembrandt, Corot et Delacroix qui ne furent jamais retrouvées.
2 commentaires
  • Airdutemps - Inscrite 15 février 2012 08 h 25

    Une ville sécuritaire ?

    Vous semblez oublié que le tissu social de Montréal a bien changé depuis quelques décennies...

    Un peu plus de réalisme est recommandé.

  • camelot - Inscrit 15 février 2012 08 h 58

    Plus de détails

    Combien mesurent ces artefacs ? Comment un individu a-t-il pu pénétrer avec un sac à dos dans le musée ? Il me semble que cela est interdit non ?