Le Musée Stewart de l'île Sainte-Hélène fait peau neuve

Nouvelle fenestration et restauration complète de la maçonnerie, construction d’un ascenseur extérieur niché dans une tour de verre moderne: les coûts totaux du projet ont atteint 7,1 millions de dollars.<br />
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Nouvelle fenestration et restauration complète de la maçonnerie, construction d’un ascenseur extérieur niché dans une tour de verre moderne: les coûts totaux du projet ont atteint 7,1 millions de dollars.

Au terme d'un hiatus forcé de plus de deux ans, le Musée Stewart de l'île Sainte-Hélène rouvrira ses portes le 29 juin, après avoir fait complètement peau neuve et modernisé ses installations, dont le vieux fort britannique construit vers 1820.

Le musée fondé en 1955 par l'homme d'affaires et philanthrope David M. Stewart a subi une cure de jeunesse complète ces derniers mois, après avoir été désigné «site du patrimoine» par la Ville de Montréal en 2007.

Nouvelle fenestration et restauration complète de la maçonnerie, construction d'un ascenseur extérieur niché dans une tour de verre moderne: les coûts totaux du projet subventionné par la Ville de Montréal et le ministère de la Culture ont atteint 7,1 millions de dollars.

Ces grands travaux, qui ont permis de garantir un accès universel au site et de répondre aux normes actuelles du Code du bâtiment, doubleront du même coup la superficie d'exposition du musée. «Le musée possède une collection de quelque 27 000 artefacts, de sorte que l'agrandissement nous permettra de présenter plusieurs nouveaux objets inédits datant de l'époque amérindienne, de la Nouvelle-France et même du Siècle des lumières», a soutenu Guy Vadeboncoeur, directeur et conservateur en chef du musée.

Le parcours redessiné de l'exposition, intitulé Histoires et mémoires, couvrira cinq siècles d'histoire racontés en 500 objets. De la gourde de Membertou, premier amérindien baptisé à Port-Royal, à la carte portulan de la Méditerranée datant du XVIIe siècle et divers objets de navigation et de la vie courante utilisés en Nouvelle-France, l'exposition aborde autant le passé militaire et maritime du lieu que la vie quotidienne au fil des siècles.

Une nouvelle maquette interactive de Montréal, ville fortifiée, animée et mise en lumière grâce à cinq écrans tactiles offrant le choix de 12 représentations, complète le parcours renouvelé du musée rénové. «La Compagnie franche de la Marine et l'Olde 78th Fraser Highlanders continuent de faire la relève de la garde chaque jour», rappelle M. Vadeboncoeur.
3 commentaires
  • Nicolas Thibodeau - Inscrit 21 juin 2011 07 h 04

    Qui est l'Architecte?

    Si on avait décoiffé l'article de son auteur quel serait la réaction d'Isabelle Paré? Probablement la même réaction que l'architecte qui a lu ses lignes ce matin à propos de sa création pour la peau neuve du musée Stewart. Montréal Ville Unesco du Design, mais qui sont donc ses créateurs alors? C'est tout de même surprenant que dans la section Culture du Devoir ont éclipse le créateur de l'oeuvre... Corrigeons le silence et NOMMONS les Architectes. Point de livres sans auteur, point d'articles sans journaliste, point de bâtiment sans Architecte.

  • Rodrigue Guimont - Abonnée 21 juin 2011 08 h 45

    Un musée pour se souvenir...


    Effectivement on aurait pu indiquer dans cet article que la tour extérieure de verre, d’aluminium et d’acier, fut conçue par André Lavoie et Éric Gauthier, de la firme d'architectes Faubert, Aubertin, Brodeur, Gauthier (FABG) de Montréal. Félicitations...

  • Beedard - Inscrit 22 juin 2011 13 h 10

    Pas de bâtiment sans...

    Les architectes sont FABG.
    Ingénieurs mécanique : Groupe Conseil Roche
    Ingénieurs en structure : Pasquin St-Jean et Ass.
    Entrepreneur général : Procova

    Il n'y a pas de bâtiment sans architectes, mais il n'a a pas plus de bâtiments sans ingénieurs et travailleur de la construction... ;)