L'écrivain et activiste Bruno Roy meurt à 66 ans

Bruno Roy
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Bruno Roy
Pris en charge dès l'enfance par les Soeurs du Mont de Providence, Bruno Roy a ensuite changé d'établissement et a poursuivi des études supérieures grâce à ses talents d'écrivain et aux carnets qu'il tenait fidèlement. Il a toujours soutenu que la littérature avait joué un rôle capital dans sa vie et que l'éducation l'avait sauvé. «Bruno Roy a toujours été un écrivain dans l'âme, commentait hier Alain Bilodeau, travailleur social pour le Comité des orphelins institutionnalisés de Duplessis. Ses carnets ont toujours été un peu pamphlétaires. C'est un humaniste qui était capable de synthétiser sa pensée. Il n'a jamais fait partie d'un parti politique.»

Bruno Roy a d'ailleurs obtenu un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires de l'Université du Québec à Montréal, et a ensuite effectué un doctorat sur la chanson québécoise à l'Université de Sherbrooke. Son dernier livre, Les cent plus belles chansons du Québec, publié chez Fides, était accompagné de dessins de Diane Dufresne.

Pour Stanley Péan, président actuel de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois, c'est Bruno Roy qui a fait de l'UNEQ ce qu'elle est aujourd'hui. C'est sous son instance que l'UNEQ est devenue une association «qui peut parler aux instances gouvernementales au nom de tous les écrivains, même de ceux qui n'en sont pas membres», disait hier M. Péan. C'est aussi sous sa gouverne qu'a été créé Copibec, qui redistribue des redevances aux écrivains pour les photocopies de leurs oeuvres. M. Roy s'est aussi battu pour l'adoption d'un contrat type dans le monde de l'édition, contrat qui demande toujours à être adopté à ce jour. Il a fondé la Maison des écrivains de Montréal.

Indépendantiste convaincu, M. Roy a traduit l'esprit des membres en faisant de l'UNEQ un organe ouvertement indépendantiste. Cette position a été reconfirmée récemment par la voie d'un sondage effectué auprès des membres de l'UNEQ.

«C'était un indépendantiste et il ne s'en est jamais caché, poursuit M. Péan. Il croyait que la protection de la langue et de la littérature québécoise passait par la souveraineté [...]. C'est une des causes qui étaient au coeur de sa réflexion.» Bruno Roy militait pour la reconnaissance de la littérature québécoise comme littérature nationale, sans pour autant exclure la littérature étrangère. M. Péan souligne aussi que l'engagement de Bruno Roy dans l'UNEQ, ainsi que parmi les orphelins de Duplessis, a parfois porté ombrage à son oeuvre littéraire. Son dernier roman, N'oublie pas l'été, est paru en 2007 chez XYZ. Selon sa fille Catherine, il avait un autre roman en marche au moment de son décès.

Bruno Roy a pris la tête du Comité des orphelins institutionnalisés de Duplessis, qui existait déjà depuis deux ans, en 1994. «D'après moi, les orphelins n'auraient jamais eu d'aide financière sans lui», commente Alain Bilodeau. Nuancé dans ses propos, notamment parce qu'il était reconnaissant à l'établissement religieux de lui avoir permis d'accéder à l'éducation, M. Roy s'est souvent retrouvé entre deux feux dans ses négociations avec l'Église et avec le gouvernement. Hier encore, certains orphelins de Duplessis se plaignaient ouvertement de son manque de compréhension à leur égard et l'accusaient d'avoir «vendu leur âme». Or, selon M. Bilodeau, c'est précisément parce que M. Roy était nuancé dans ce dossier qu'il a réussi à obtenir l'écoute du gouvernement provincial dans l'élaboration d'un règlement. Bruno Roy a également coscénarisé la série télévisée Les Orphelins de Duplessis.

Hier à Ottawa, Gilles Duceppe, chef du Bloc québécois, a dit de M. Roy qu'il avait mis «son talent au service des causes les plus nobles», qu'il «avait travaillé avec ardeur et ténacité à leur défense». «À l'instar de ses proches qui regretteront ses qualités humaines, le Québec porte le deuil aujourd'hui d'un homme engagé et convaincu», a-t-il écrit.

M. Roy était également un collaborateur régulier de la page Idées du Devoir. Il s'y prononçait régulièrement sur toutes sortes de sujets, de l'enseignement de l'histoire à la disparition d'un prix littéraire, en passant, bien sûr, par la cause des orphelins de Duplessis. Les renseignements sur le service et les funérailles seront connus sous peu.

À voir en vidéo