Le crâne de Mozart: relique authentique ou vulgaire faux?

La légende veut que ce soit le fossoyeur du cimetière, bien au fait de l’endroit où reposait Mozart, qui aurait retiré en secret le crâne du compositeur, immortalisé ici par le peintre allemand Johann Edlinger.
Photo: Agence France-Presse (photo) La légende veut que ce soit le fossoyeur du cimetière, bien au fait de l’endroit où reposait Mozart, qui aurait retiré en secret le crâne du compositeur, immortalisé ici par le peintre allemand Johann Edlinger.

E¯?BZi˜ perdu à jamais, puis retrouvé in extremis, le crâne de Wolfgang Amadeus Mozart conservé à Salzbourg est-il une relique authentique ou un vulgaire faux? Profitant du 250e anniversaire de naissance du célébrissime compositeur, une équipe de scientifiques a affirmé mardi pouvoir enfin faire toute la lumière sur son authenticité grâce à des tests poussés d'ADN.

Pas peu fière de son effet, l'équipe de l'Institut médico-légal d'Innsbruck, dans les montagnes d'Autriche, a toutefois rapidement posé ses conditions. Les résultats ne seront rendus publics que dimanche sur les ondes de la télévision autrichienne ORF, pas avant.

En attendant, l'équipe a toutefois consenti à lever le voile sur ses méthodes qui, selon elle, permettront de tirer toute cette affaire au clair. «Nous avons enfin réussi à obtenir un résultat clair» en comparant l'ADN de ce crâne à ceux de la famille Mozart, a affirmé mardi le chercheur principal de cette étude, le Dr Walther Parson, en entrevue exclusive à l'ORF.

Tous les tests effectués précédemment n'avaient pas été concluants. Mais cette fois-ci est la bonne, a assuré du même souffle le Dr Parson. Celui-ci s'est même targué d'avoir vu ses résultats être vérifiés «à 100 %» par un laboratoire de l'armée américaine, tout en refusant d'élaborer sur ce point précis.

Le crâne en question est la propriété de la Fondation internationale Mozarteum depuis plus d'un siècle, bien à l'abri dans la ville de Salzbourg, qui a vu naître le compositeur, le 27 janvier 1756. Pour cette étude, son ADN a été comparé à celui d'échantillons prélevés sur les restes de la grand-mère maternelle du compositeur et sur ceux d'une de ses nièces. Leurs corps ont été conservés dans le caveau familial dans le cimetière Sébastien de Salzbourg, caveau qui fut ouvert en 2004.

Si le doute persiste aujourd'hui quant à l'authenticité du crâne qui repose paisiblement à Salzbourg, c'est que ses premières années ont été autrement plus mouvementées. Mozart est mort dans la nuit du 5 au 6 décembre 1791. Sa dépouille a été ensevelie comme le voulait la coutume autrichienne de l'époque dans la nuit, sans cortège, au cimetière Saint-Marc de Vienne. Sa pierre tombale, ornée d'un ange triste, est donc restée inconnue de tous jusqu'à ce qu'elle soit enfin localisée en 1855.

La légende veut que ce soit le fossoyeur du cimetière, bien au fait de l'endroit où reposait Mozart, qui aurait retiré en secret le crâne du compositeur. Le crâne aurait passé entre diverses mains pour enfin parvenir au Mozarteum, en 1902, la mâchoire inférieure en moins. Aussitôt, la fondation a mis le crâne à la disposition des scientifiques.

Plusieurs chercheurs ont depuis tenté d'en percer les mystères, sans jamais réussir à le faire. En 1991, un anthropologue français, Pierre-Francois Puech, est venu brouiller les cartes encore davantage. Attaché à l'Université de Provence, le scientifique avait suggéré que le compositeur ne serait pas mort d'une fièvre rhumatique comme les historiens le soutiennent, mais des complications d'une blessure à la tête.

Cette théorie, basée sur une fracture trouvé sur la tempe gauche du crâne attribué à Mozart, pourrait selon lui expliquer les sévères maux de tête dont souffrait le compositeur. Mais d'autres théories circulent. Mozart aurait tour à tour succombé à une infection streptococcique, un syndrome de Schölein-Henoch, une insuffisance rénale, des saignées, une hémorragie cérébrale et une broncho-pneumonie terminale.

Quel scénario est le bon? Difficile de le dire tant et aussi longtemps que des doutes subsisteront sur l'identité du fameux crâne de Salzbourg. Sur ce point, la réponse définitive sera donnée dimanche, assure l'équipe de l'Institut Forensic de médecine à Innsbruck.

Avec l'Associated Press