Le musée Getty dit ne pas avoir acheté sciemment des objets pillés

Los Angeles — Le musée Getty de Los Angeles a affirmé lundi ne pas avoir acheté en connaissance de cause des objets pillés, après des informations de presse indiquant que la moitié des chefs-d'oeuvre de ses collections d'antiquités seraient d'origine douteuse.

Le musée de renommée mondiale a cependant admis que 82 pièces de sa collection d'antiquités, qui compte plusieurs milliers d'objets, étaient d'origine douteuse.

Dimanche, le journal Los Angeles Times avait affirmé que les avocats du musée avaient déterminé que parmi ces 82 objets douteux figuraient 54 des 104 antiquités classées par le Getty comme des chefs-d'oeuvre.

Selon le quotidien, ces objets ont été achetés à des marchands qui font actuellement l'objet d'une enquête pour vente présumée de pièces pillées sur des sites archéologiques en Italie.

Mais le musée a insisté sur le fait qu'il n'avait jamais acheté sciemment des objets dont il aurait connu la provenance illégale, et a défendu son conservateur, Marion True, inculpé en Italie pour association de malfaiteurs en relation avec un trafic d'antiquités.

«Le Getty reste convaincu qu'il n'a jamais acheté en connaissance de cause un objet illégalement découvert ou exporté d'Italie ou de tout autre pays», a indiqué le musée dans un communiqué obtenu par l'AFP.