La nouvelle salle de l'OSM sera bel et bien érigée sur l'esplanade de la Place des Arts

L’emplacement le plus susceptible de recevoir la nouvelle salle de l’OSM est au nord-est de l’esplanade de la Place des Arts.
Photo: Jacques Grenier L’emplacement le plus susceptible de recevoir la nouvelle salle de l’OSM est au nord-est de l’esplanade de la Place des Arts.

Québec — La présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget, et la ministre de la Culture et des Communications, Line Beauchamp, ont confirmé hier que la nouvelle salle de concert de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) sera érigée sur l'esplanade de la Place des Arts et non plus sur l'îlot Balmoral. Ce premier partenariat public-privé (PPP) coûtera aussi beaucoup plus cher que les 96 millions prévus à l'origine.

«Le premier chiffre que vous aviez, il est clair — tout le monde va le dire — qu'il était sous-évalué», a reconnu hier Line Beauchamp. Le gouvernement Charest est «en train de valider auprès de plusieurs sources quelle est la fourchette du coût que nous allons pouvoir déterminer pour la réalisation de ce projet», a dit la ministre.

Le gouvernement lancera ensuite un appel d'offres auprès des quatre consortiums qu'il a retenus il y a quelques mois: SNC-Lavalin et De Architekten Cie, la firme qui avait remporté le concours international organisé par le gouvernement précédent, l'Américain George Gillett, le propriétaire des Canadiens de Montréal, ensuite l'Industrielle-Alliance, le Groupe Arcop et l'architecte Dan Hanganu et, enfin, Axor et Provencher Roy et associés.

L'atermoiement du gouvernement s'explique par le fait qu'avec «un partenariat public-privé, on a peut-être beaucoup de travail à faire avant, jamais de surprise après», a soutenu Mme Beauchamp. Les projets doivent être soigneusement ficelés avant le début des travaux dans la mesure où les dépassements de coûts, dans le cas des PPP, seraient versés au compte des entreprises privées concernées.

De son côté, Mme Jérôme-Forget a indiqué que la hausse des coûts du projet vient d'un changement de devis recommandé par la firme new-yorkaise Artech, des spécialistes en conception de salles de concert. La firme Artech estime que la superficie du bâtiment abritant la salle de concert et les salles de répétition doit se situer entre 11 000 et 14 000 mètres carrés plutôt que les 8000 mètres carrés prévus dans le devis original de la firme montréalaise Scéno-Plus. Artech est une des trois firmes recommandées par le chef Kent Nagano, qui suit de près le projet de salle pour l'OSM, a précisé la ministre.

L'îlot Balmoral est trop exigu pour accueillir la salle de concert, qui sera donc érigée sur l'esplanade de la Place des Arts. Les conservatoires de musique et d'art dramatique seront construits à un autre endroit que la salle de concert, possiblement sur cet îlot. L'emplacement le plus susceptible de recevoir la nouvelle salle de l'OSM est au nord-est de l'esplanade de la Place des Arts. Des fondations sont déjà construites sous cette plateforme, utilisée sporadiquement par les festivals; la construction d'équipements culturels avait été prévue à l'époque de l'érection du vaste complexe connu aujourd'hui.

Comme il s'agit d'un PPP, le promoteur choisi pourra annexer à la salle de concert des espaces commerciaux, des bureaux ou des résidences, a-t-on convenu. Le gouvernement conserve toutefois son pouvoir de décision, a tenu à préciser Mme Beauchamp. «Les consortiums devront présenter des projets de haute qualité devant s'inscrire dans ce quartier des spectacles», a-t-elle dit.

Comme l'esplanade de la Place des Arts accueille présentement le public des festivals, la Ville de Montréal aménagera une place des Festivals sur un terrain qu'elle possède à proximité, a signalé Mme Beauchamp. La Ville planifie effectivement l'aménagement du parc des Festivals à l'angle des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine. Ce projet est intimement lié à la construction du futur Complexe Spectrum, rue Sainte-Catherine, un projet dont les ficelles ne sont pas encore toutes attachées.

Quant à la salle Maisonneuve, Mme Jérôme-Forget a dit qu'elle avait pris en considération les «récriminations» de la troupe de théâtre Jean-Duceppe et des Grands Ballets canadiens. Le gouvernement Charest n'a jamais envisagé de convertir la salle Maisonneuve en salle de concert, d'autant plus qu'elle ne compte que 1300 sièges tandis que la future salle de concert de l'OSM disposera de 1900 places, a précisé la présidente du Conseil du trésor.

La contrainte de ne pas toucher à la salle Maisonneuve est incontournable, a ajouté un porte-parole de la ministre Beauchamp. Cependant, ce dernier a aussi ajouté qu'il serait toujours possible que l'emplacement final soit modifié. En effet, si un des consortiums réussit à imposer une idée de génie ailleurs que sur l'esplanade à strictement parler, le projet pourrait être considéré. Selon La Presse, ces groupes auraient entre six mois et un an pour présenter un projet pour l'ensemble du complexe culturel de la Place des Arts, avec l'implication de la Société immobilière du Québec.

Une convention avant une salle

Par ailleurs, le syndicat des musiciens de l'Orchestre symphonique de Montréal, actuellement en grève, se dit favorable à la construction d'une nouvelle salle de concert, mais il estime qu'il faut d'abord garantir le fonctionnement de base de la formation.

Selon le président de la Guilde des musiciens du Québec, Gérard Masse, il faut avant tout s'assurer que l'orchestre a les moyens suffisants pour se produire localement et internationalement avant de songer à lui construire une salle de spectacle.

M. Masse, qui représente la centaine de musiciens de l'OSM, est d'accord avec une telle initiative, mais il considère qu'il faut avant tout parvenir à une entente qui garantit aux musiciens qu'ils pourront se produire dans de bonnes conditions.

Les musiciens de l'orchestre sont en grève depuis le début du mois de mai. Ils sont sans contrat de travail depuis deux ans.

Avec Bernard Lamarche

Avec la Presse canadienne