Madonna, McCartney et U2 en concert contre la pauvreté

Londres — Bob Gedolf, le rockeur au grand coeur, a annoncé hier la tenue de cinq grands concerts visant à faire pression sur les leaders mondiaux afin qu'ils agissent contre la pauvreté en Afrique, concerts qui rassembleront des stars internationales.

Vingt ans après Live Aid, le concert organisé en 1985 pour sauver l'Éthiopie de la famine, celui qu'on surnomme «saint Bob» espère influencer les États du G8 qui se réuniront en Écosse en juillet.

«Nous revoilà», a lancé Gedolf lors d'une conférence de presse à Londres. Le rockeur irlandais a annoncé qu'il espérait que, grâce à ces concerts, le monde se pencherait un peu plus sur le sort des pauvres, et que ce n'était pas très difficile.

«Il m'a semblé qu'on pouvait de nouveau tous se rassembler, cette fois pas pour la charité mais pour la justice politique.»

Harvey Goldsmith, l'un des organisateurs, a annoncé cinq concerts gratuits le 2 juillet à Londres, à Paris, à Berlin, à Rome et à Philadelphie, soit quatre jours avant l'ouverture du sommet du G8.

Mariah Carey, Coldplay, Elton John, Annie Lennox, Madonna, Paul McCartney, REM, Scissor Sisters, Snoop, Sting, Dido, Robbie Williams et U2 sont cités parmi les stars qui devraient s'y produire.

Comme il l'avait fait il y a 20 ans, Gedolf ne lâche plus son téléphone pour essayer de persuader les artistes de prendre part à l'événement. Le chanteur Sting, qui a accepté l'invitation, a souligné que Gedolf n'était pas de ceux à qui on pouvait dire non.

Les concerts coïncideront avec un grand rassemblement à Édimbourg organisé par l'organisation Make Poverty History (Faire de la pauvreté de l'histoire ancienne), qui regroupe des associations militant pour l'annulation de la dette du Tiers-Monde et pour l'augmentation de l'aide au développement. Une grande chaîne humaine sera formée à travers la capitale écossaise afin de sensibiliser l'opinion.

Pression sur les gouvernants

En 1985, Gedolf avaient permis de récolter des fonds pour venir en aide, auprès des associations humanitaires, à l'Éthiopie mourant de faim.

Cette fois, il veut pousser les dirigeants des nations industrialisées à réagir face à la pauvreté du continent africain.

Le premier ministre Tony Blair a fait campagne pour l'aide à l'Afrique cette année, pendant la présidence du G8 par la Grande-Bretagne. Il accueillera ses homologues des huit pays les plus riches du monde à Gleneagles, en Écosse, du 6 au 8 juillet.

Mais, selon les militants, les divergences de points de vue des pays du G8 sur la réduction de la dette et les budgets de l'aide humanitaire, aggravées par les réticences de Washington, pourraient anéantir les ambitions de Blair.

Ils soulignent que les écoles et les hôpitaux africains pourraient ne recevoir aucun don à l'issue de ce luxueux sommet qui devrait coûter 232 millions $CAN.

«Nous sommes très inquiets d'être si éloignés du moindre début d'action visant à se saisir du problème de la pauvreté en Afrique», a déclaré Max Lawson, conseiller politique auprès de l'ONG Oxfam.

Elton John, qui a fondé sa propre association de lutte contre le sida, a expliqué à la presse que cette initiative signifiait bien plus que sa participation au concert Live Aid de 1985, époque où il était souvent sous l'emprise de la drogue.

«Je suis allé en Afrique en janvier et j'ai vu la situation de mes propres yeux. J'ai vu l'ignorance et la honte que les gens doivent combattre. Maintenant, je suis parfaitement conscient de ce qu'il se passe.»

«Il [Gendolf] a encouragé [...] des musiciens à réfléchir à ce qu'ils devaient faire au lieu de se contenter de jouer et de se balader dans des voitures de luxe.»