Quelques propositions pour le Carmel

Une dizaine de propositions ont été formulées pour le développement d'une solution de rechange au projet immobilier qui transformerait le Carmel de Montréal, selon les informations obtenues par Le Devoir.

Les groupes et les individus intéressés avaient jusqu'à aujourd'hui pour se manifester. L'appel public de propositions a été lancé le 21 février dernier par la Coalition pour la sauvegarde du Carmel de Montréal, l'arrondissement du Plateau Mont-Royal et la CDEC Centre-Sud-Plateau Mont-Royal.

«Nous avons reçu entre six et neuf lettres d'intention ou dossiers plus ou moins étoffés», explique Maryse Guindon, porte-parole des trois organismes désireux de protéger le monastère. «Mais plusieurs de ces propositions ne tiendront pas la route.»

Un premier écrémage sera effectué au cours des deux prochaines semaines. Le comité directeur de l'appel des propositions dévoilera ensuite les idées les plus intéressantes. Celles-ci seront étoffées d'ici la mi-juin. Mme Guindon a refusé de dévoiler des détails sur les participants au «concours».

Rappelons qu'un projet immobilier vise l'installation d'habitations sur le site du Carmel. La mairesse de l'arrondissement du Plateau Mont-Royal, Helen Fotopulos, a obtenu du promoteur, le groupe Prével, ainsi que de la communauté religieuse des Carmélites un délai étendu jusqu'au 15 juin afin de permettre l'élaboration d'une solution de remplacement.

L'appel de propositions s'adressait à «tous ceux qui pourraient avoir des idées ou des projets pour la conversion et l'occupation partielle ou totale de ces bâtiments». Il visait notamment les organismes communautaires ou culturels à la recherche de locaux.

L'argent demeure le facteur clé. Le promoteur a payé plus de cinq millions de dollars pour le site de 1,5 hectare.