Paris Match diffuse un Match du Monde sur le Canada

Paris — La chanteuse Natasha St-Pier, s'amusant dans la neige dans son Acadie natale, fait cette semaine la une de Match du Monde, le magazine de «grand reportage»récemment créé par Paris Match.

Entièrement consacré au Canada, le deuxième numéro de ce bimestriel, tiré à 200 000 exemplaires, est dans les kiosques depuis hier en France et paraît aujourd'hui au Québec.

Le premier Match du Monde avait le Brésil pour thème, tandis que les prochains porteront sur la Chine et l'Inde. «Nous avons retenu les pays qui compteront pendant le troisième millénaire», explique l'influent directeur général de la rédaction de Paris Match, Alain Genestar, pour qui le melting-pot canadien «préfigure sans doute le monde de demain».

Dans l'éditorial qu'il signe avec Alain Bouzy, le rédacteur en chef de Match du Monde, Alain Genestar décrit le Canada comme une «formidable puissance économique fondée sur une démocratie rigoureuse et un fédéralisme pragmatique».

En quatre siècles, ajoutent les deux auteurs, les Québécois et leurs compatriotes anglophones «ont édifié, sans tapage, un modèle fait de tolérance, de courage et d'intelligence». Les Français, selon eux, seraient bien avisés de s'en inspirer, notamment en matière d'intégration des immigrants.

Sur 100 pages richement illustrées, à la façon de Paris Match, Match du Monde, voulant rompre avec les «clichés et les contrevérités», s'est donc efforcé de montrer un Canada moderne, bien loin de l'image éculée de la «cabane au Canada» si chère aux Français.

Sur le thème «les grands espaces du possible», on y parle donc des sables bitumineux de l'Alberta, de ces femmes qui conduisent à Syncrude des camions géants pesant jusqu'à 800 tonnes, des rangers Inuits du Grand Nord, du design montréalais ou des étoiles de la cuisine canadienne, comme Jean Soulard.

Match dresse aussi dans ses pages les portraits de la chanteuse inuit Elisapie, de Guy Laliberté, de Garou, de Robert Lepage, de la romancière Margaret Atwood, du top-model Daria et de la gouverneure générale Adrienne Clarkson. Le fait que la représentante de la Reine soit la «fille d'un émigré chinois» montre bien que le Canada est le «pays de l'immigration réussie», selon le magazine.