Encore des départs au Musée des beaux-arts du Canada

Avant même les événements des derniers jours, le règne de l’ancienne directrice générale au MBAC, Sasha Suda, avait été marqué par une succession de licenciements, de démissions et de retraites anticipées.
Photo: Getty Images iStock Avant même les événements des derniers jours, le règne de l’ancienne directrice générale au MBAC, Sasha Suda, avait été marqué par une succession de licenciements, de démissions et de retraites anticipées.

Tout tourne-t-il rondement au Musée des beaux-arts du Canada ? L’institution d’Ottawa, dont la tête dirigeante a démissionné l’été dernier, a licencié quatre hauts placés la semaine dernière. Des départs qui s’ajoutent à des dizaines d’autres vécus dans les trois dernières années.

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a notamment remercié deux de ses dirigeants de longue date : le directeur de la conservation et de la recherche technique, Stephen Gritt, et le conservateur de l’art autochtone, Greg A. Hill.

Sur les réseaux sociaux, ce dernier s’est d’ailleurs insurgé que la direction abolisse son poste, décriant « la manière coloniale et antiautochtone dont le département Voies autochtones et décolonisation est dirigé ». « Deux jours avant mon licenciement, on a engagé deux personnes, et malgré ça, le département manquait toujours d’employés. Maintenant, [avec mon départ], c’est pire », a ajouté en entrevue au Devoir celui qui a travaillé pour le musée pendant 22 ans.

Sur les huit membres de la haute direction qui étaient en poste lors de la nomination de Sasha Suda, en 2019, un siégeait toujours à cette table l’année dernière

Ces derniers jours, dans la foulée, le MBAC a aussi montré la porte à Denise Siele, gestionnaire principale des communications, récemment entrée en poste, et à Kitty Scott, sous-directrice et conservatrice en chef. Mme Scott, qui était la première femme à occuper cette prestigieuse fonction, avait été nommée par l’ancienne directrice générale Sasha Suda.

Avant même les événements des derniers jours, le règne de Sasha Suda au MBAC avait été marqué par une succession de licenciements, de démissions et de retraites anticipées. Sur les huit membres de la haute direction qui étaient en poste lors de sa nomination, en 2019, seulement un siégeait toujours à cette table l’année dernière. Qui plus est, on ne compte plus les départs parmi le personnel.

Des questions sans réponse

Mme Suda a quitté à son tour le MBAC à l’été, avant même la fin de son mandat, pour aller diriger le Philadelphia Museum of Art, aux États-Unis.

Des sources qui gravitent autour du milieu muséal ont confié au Devoir sous le couvert de l’anonymat qu’elles s’inquiétaient de cette vague de départs au sein de l’institution fédérale. Selon elles, la qualité des expositions en souffre déjà. « Il y a des questions par rapport à la gouvernance. Les Canadiens ont le droit de savoir ce qui se passe, c’est quand même la plus importante institution muséale au pays », souligne-t-on.

La directrice générale par intérim du musée, Angela Cassie, a décliné notre demande d’entrevue. On refuse de s’étendre sur les quatre derniers licenciements en date « afin de respecter la vie privée des personnes touchées ». « La réorganisation annoncée est cohérente avec le nouveau plan stratégique du Musée », a précisé l’institution par courriel.

Le nom de la personne qui succédera à Sasha Suda devrait être connu d’ici huit mois. Cette nomination doit être approuvée par le gouvernement fédéral.

Comme le rapportait Le Devoir le mois dernier, certains s’étaient mis à rêver à la candidature de Nathalie Bondil, ancienne directrice du Musée des beaux-arts de Montréal, qui a toutefois fermé la porte à cette possibilité. En réaction, le conseil d’administration du MBAC avait par la suite envoyé une lettre aux employés pour préciser que le processus était « ouvert et public » et qu’aucune candidature ne partait favorite.

Le cabinet du ministre fédéral du Patrimoine, Pablo Rodriguez, a évité de commenter directement la situation. Il a cependant fait savoir que l’appel de candidatures pour la direction générale du MBAC venait d’être officiellement lancé.



À voir en vidéo