Le concours Cégeps en spectacle s'ouvre aux langues autochtones

Plusieurs types de performances peuvent être soumises à Cégeps en spectacles, dont des chansons, du théâtre, de l’art oratoire et de l’humour.
Getty Images/iStockphoto Plusieurs types de performances peuvent être soumises à Cégeps en spectacles, dont des chansons, du théâtre, de l’art oratoire et de l’humour.

Les participants au concours Cégeps en spectacle pourront maintenant s’exprimer dans les langues autochtones du Québec.

Le Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ) en a fait l’annonce mardi et il invite tous les membres des Premières Nations à s’impliquer pour partager leur culture.

Auparavant, seulement les prestations en langue française étaient permises. Plusieurs types de performances peuvent être soumises à Cégeps en spectacles, dont des chansons, du théâtre, de l’art oratoire et de l’humour.

Selon le directeur général du RIASQ, Mathieu Burgoyne-Chartrand, il était «évident» qu’il fallait apporter ces changements pour inclure «les membres de ces communautés qui ont tellement à partager».

La nouvelle a réjoui le chanteur Émile Bilodeau, qui est porte-parole du RIASQ.

 

«De savoir que le RIASQ leur fait une place dans le plus grand concours collégial des arts de la scène me rend encore plus fier d’être le porte-parole de cette organisation», a-t-il déclaré dans un communiqué.
 


Mathieu McKenzie, artiste innu qui a déjà été dans un jury de Cégeps en spectacle à Sept-Îles, a aussi salué cette décision.

«L’ouverture dont fait preuve le RIASQ est un grand pas pour le rapprochement des peuples et des cultures. J’ai côtoyé plusieurs jeunes du cégep dernièrement qui sont ouverts et curieux de découvrir notre musique, mais il faut qu’on ait l’espace pour leur faire entendre», a-t-il soutenu par communiqué.

À voir en vidéo