À Québec, l’Espace Riopelle prend forme

La modélisation du futur Espace Riopelle
Photo: Les architectes fabg La modélisation du futur Espace Riopelle

Le jury mandaté par le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a jeté son dévolu sur la firme d’architecte fabg pour concevoir l’Espace Riopelle. Ce pavillon appelé à être érigé à l’entrée des plaines d’Abraham se veut à l’image du peintre et « de son oeuvre en mouvement perpétuel ».

La firme montréalaise fabg est notamment à l’origine du siège social du Cirque du Soleil, du siège social de la Caisse de dépôt et placement du Québec, du théâtre de Quat’Sous et de l’Auditorium de Verdun.

L’Espace Riopelle sera construit en bois et en verre, baigné d’une lumière naturelle, selon les plans préliminaires dévoilés mercredi. « L’architecture se prêtera à de multiples lectures, évoquant tantôt l’atelier de l’artiste avec ses plafonds de bois, tantôt la nordicité et les paysages de L’Isle-aux-Grues avec ses terrasses vertes aux essences variées », détaille le musée par communiqué.

 

La modélisation du futur Espace Riopelle Les architectes fabg

Ce nouvel espace muséal abritera la plus grande collection de Jean Paul Riopelle au monde. Il doit aussi servir de carrefour entre les différents pavillons du MNBAQ.

« Inspirés par une expression de l’artiste, qui se disait “toujours en fuite”, nous avons voulu créer un bâtiment à l’image de son oeuvre en mouvement perpétuel », a souligné Éric Gauthier, architecte associé chez fabg, lors de l’annonce de la firme lauréate.

Le coût de l’Espace Riopelle s’élève à 42,5 millions de dollars.

Les travaux de construction seront lancés en 2023, année des célébrations entourant le 100e anniversaire du peintre. Ainsi, à partir de janvier 2023, le pavillon Gérard-Morisset et le pavillon central fermeront leurs portes au public. La réouverture du musée est prévue entre la fin de 2025 et le début de 2026.

À voir en vidéo