«MultiVersus»: les univers de Warner Bros.

Les mécaniques de combat sont assez faciles à comprendre pour qu’on puisse s’amuser dès les premières minutes.
Photo: Player First Game / Warner Bros. Discovery Les mécaniques de combat sont assez faciles à comprendre pour qu’on puisse s’amuser dès les premières minutes.

En jouant à MultiVersus, nous avons d’abord remarqué les similarités avec le désormais célèbre jeu de Nintendo Super Smash Bros. Il n’en est pas pour autant qu’une pâle copie. Pour son premier jeu, le studio Player First Games réussit à reprendre une formule gagnante en lui ajoutant une nouvelle facette.

D’emblée, précisons que les jeux de combat ne sont pas notre genre de prédilection, encore moins le sous-genre que sont les jeux de combat sur plateforme. On s’est donc lancé dans MultiVersus avec l’expérience d’un néophyte.

Heureusement, les mécaniques de combat sont assez faciles à comprendre pour qu’on puisse s’amuser dès les premières minutes. Sans compter son tutoriel bien ficelé, qu’il vaut la peine de compléter, ne serait-ce que pour le personnage de Wonder Woman que l’on débloque à la clé. Cela dit, le fait que le jeu soit facile à comprendre ne signifie pas que le combat manque de profondeur. Outre un bouton de saut et un autre d’esquive, chaque personnage dispose d’une attaque ordinaire et d’une attaque spéciale, chacune possédant quatre variations.

L’objectif n’est pas, comme dans un jeu de combat classique, de réduire une barre de points de vie à zéro, mais plutôt d’affaiblir suffisamment l’adversaire pour l’expulser en dehors de l’arène de combat.

Les univers de Warner Bros.

 

MultiVersus se démarque par l’accent qu’il met sur la coopération. Bien qu’il offre des modes « un contre un » et « mêlée générale à quatre joueurs » (par ailleurs très amusants), son mode principal demeure le « deux contre deux ». Chaque personnage possède des attaques ou des capacités qui se combinent à celles d’autres combattants, parfois de manière surprenante. Ces mécanismes uniques nécessitent parfois de la pratique pour bien les exécuter, voire les maîtriser, ce qui ouvre la voie à toutes sortes de stratégies synergiques pour les joueurs plus expérimentés.

Pour le moment, on peut choisir parmi 17 personnages (une liste appelée à grandir, évidemment) issus des différentes propriétés intellectuelles de Warner Bros. Discovery. On peut faire s’affronter des personnages classiques, comme Superman, Batman ou encore Bugs Bunny, et d’autres plus modernes, comme Harley Quinn, Arya Stark et… Lebron James.

Un éclectisme qui pourrait, de prime abord, susciter des froncements de sourcils. Cependant, la direction artistique soignée de MultiVersus réussit fort bien à rassembler tous ces univers en un seul monde cohérent. Les avatars ont été conçus avec beaucoup de soins et, pour la plupart des personnages, le jeu bénéficie d’un doublage des acteurs originaux. Par exemple, on reconnaîtra la voix de Maisie Williams dans le rôle d’Arya Stark, celle de Matthew Lillard pour Shaggy ou encore celle de Kevin Conroy pour Batman.

Saison 1 à venir

Toutefois, MultiVersus étant un jeu free-to-play, il vient avec une certaine forme de monétisation. Ainsi, la plupart de ses héros sont verrouillés derrière un mur payant. Le jeu maintient une liste tournante de quatre héros gratuits. Le reste de l’alignement peut être débloqué grâce aux deux monnaies disponibles dans le jeu : les pièces d’or, qu’on obtient en jouant des matchs et en relevant des défis, ou le Gleanium, qu’on achète avec de l’argent réel. Les personnages débloqués grâce à l’argent réel le sont de façon permanente. Il est aussi possible de les essayer d’abord dans le mode entraînement hors ligne, ce qui évite d’acheter à l’aveuglette.

 

MultiVersus

★★★ 1/2

Développé par Player First Games et publié par Warner Bros. Interactive Entertainment. Offert sur PlayStation 4 & 5, Xbox One, Xbox Series X & S et Microsoft Windows.

À voir en vidéo