Will Smith présente des excuses pour sa gifle à Chris Rock

Will Smith
Photo: Instagram / Will Smith Will Smith

Quatre mois après avoir giflé en direct l’animateur Chris Rock lors de la cérémonie des Oscar, Will Smith a publié vendredi une vidéo dans laquelle il présente des excuses.

« Il n’y a aucune partie de moi qui pense que c’était la bonne façon de se comporter à ce moment-là […], que c’est la manière optimale de gérer une impression de manque de respect ou des insultes. […] J’ai profondément des remords et j’essaie d’avoir des remords sans avoir honte de moi-même. Je suis humain. J’ai fait une erreur et j’essaie de ne pas me considérer comme une merde », a dit Will Smith face à la caméra, pesant chacun de ses mots et visiblement ému par sa déclaration.

L’acteur s’était excusé une première fois cinq jours après l’événement, annonçant du même coup démissionner de son poste de membre de l’Académie des arts et sciences du cinéma. Une décision acceptée par l’Académie des Oscar, qui a banni M. Smith pour dix ans.

Cette fois, le prince de Bel-Air a eu le temps de « réfléchir » et répond, dans une vidéo longue de cinq minutes, à des questions qu’il dit avoir reçues du public.

On apprend d’abord que Will Smith a tenté de joindre Chris Rock, sans succès, ce dernier n’étant pas prêt à discuter de l’événement. « Alors je vais te le dire, Chris, je te présente mes excuses. Mon comportement était inacceptable et je serai là, quand tu seras prêt à parler », a ajouté le comédien.

La vedette de 53 ans a également présenté ses excuses à la famille de Chris Rock et en particulier à sa mère, Rosalie. « Quand il [Will Smith] a giflé Chris, il nous a tous giflés. Il m’a vraiment giflée », avait-elle confié à la chaîne de télévision américaine WIS.

« Sur le moment, je ne réalisais pas combien de personnes ont été blessées » par ce geste, a commenté Will Smith. En arrière-plan accroché au mur, figure un tableau affichant les mots : « le monde est malade l’amour est le remède ».

« C’était mon choix »

Si les excuses ont été majoritairement bien reçues sur Twitter, l’humoriste Christopher Titus a, de son côté, accusé Will Smith de vouloir attirer l’attention. « Chris [Rock] a dit qu’il te contactera quand il sera prêt, pourquoi tu le presses ? » a-t-il écrit sur le réseau social.

L’acteur oscarisé pour son rôle dans King Richard (La méthode Williams) a ensuite précisé que sa femme n’est pas responsable de son comportement. Rappelons que Will Smith s’était levé après une plaisanterie de Chris Rock sur les cheveux ras de Jada Pinkett Smith. La blague n’avait visiblement pas fait sourire la principale concernée, qui a été filmée levant les yeux au ciel. Mme Pinkett Smith a, dans le passé, annoncé souffrir d’alopécie, une maladie auto-immune provoquant des pertes de cheveux.

Plusieurs avaient alors accusé Jada Pinkett Smith d’avoir demandé à son mari de la défendre. « C’était mon choix. […] Jada n’a rien à voir avec ça », a clarifié Will Smith, s’excusant en même temps auprès de ses enfants et de sa famille. Un geste salué par la chanteuse canadienne, haïtienne et américaine Jessie Woo. « Ce que je préfère dans les excuses de Will Smith, c’est qu’il a dit clairement que Jada ne lui a jamais dit de faire quoi que ce soit à Chris après sa blague. Tant de gens ont tenu Jada pour responsable en lui transférant leur haine pour ce que Will a fait », a-t-elle réagi sur Twitter.

L’autrice Candice Marie Benbow a quant à elle salué la « vulnérabilité » et la « transparence » dont Will Smith a fait preuve, qualifiant sa vidéo d’« authentique ».

M. Smith s’est par la suite excusé auprès des autres nommés aux Oscar, reconnaissant avoir « volé et terni [leur] moment ». Dire « je suis désolé n’est vraiment pas suffisant ».

L’acteur a finalement adressé un mot à ses anciens admirateurs, qui considèrent qu’il les a « laissés tomber » le 27 mars dernier. « Décevoir les gens est mon principal traumatisme. […] Je sais que c’était choquant. Mais je vous promets que je suis profondément dévoué et engagé à mettre de la lumière, de l’amour et de la joie dans le monde », a-t-il conclu.

À voir en vidéo