Elton John entame sa dernière tournée en Amérique du Nord

Tout au long de la nuit, Elton John a chanté une gamme éblouissante de chansons à succès couvrant tous les styles et genres musicaux.
Photo: Matt Rourke Associated Press Tout au long de la nuit, Elton John a chanté une gamme éblouissante de chansons à succès couvrant tous les styles et genres musicaux.

Concluant une carrière de plus de 50 ans avec la tournée d’adieu « Farewell Yellow Brick Road », le pianiste et chanteur britannique Elton John a créé certaines des chansons les plus mémorables et les plus durables de l’histoire du pop rock, gravées dans l’ADN collectif de l’humanité.

L’artiste né il y a 75 ans sous le nom de Reginald Kenneth Dwight a lancé la dernière étape de sa tournée d’adieu nord-américaine vendredi soir à Philadelphie.

« Les États-Unis m’ont rendu célèbre et je ne remercierai jamais assez ce pays, a-t-il déclaré au public. Merci pour la loyauté, l’amour, la gentillesse que vous m’avez témoigné. »

Durant sa carrière, il a vendu plus de 300 millions d’albums dans le monde, a joué plus de 4 000 spectacles dans 80 pays et a enregistré l’un des morceaux les plus vendus de tous les temps, son remaniement de 1997 de Candle In The Wind pour faire l’éloge de la princesse Diana, qui a vendu 33 millions d’exemplaires.

Il a récolté cinq prix Grammy, ainsi qu’un prix Tony pour la pièce musicale Aïda. Son interprétation de Can you feel the love tonight dans le film Le Roi Lion a charmé des millions d’enfants.

Les costumes excentriques et les lunettes surdimensionnées pour lesquels il était connu au début des années 1970 ont disparu maintenant (il s’habillait en Donald Duck, en Pac-Man, en la Statue de la Liberté et en Minnie Mouse, entre autres). Tandis que l’homme n’a toujours pas rencontré un sequin ou une plume qu’il n’adore pas, sa garde-robe est un peu plus docile ces jours-ci.

Il est monté sur scène dans un smoking blanc avec des revers noirs et des lunettes violettes scintillantes, marchant quelque peu timidement vers son piano noir brillant pour marteler l’accord d’ouverture immédiatement reconnaissable de Bennie And The Jets.

Tout au long de la nuit, Elton John a chanté une gamme éblouissante de chansons à succès couvrant tous les styles et genres musicaux. Les phrasés et les cadences inspirées du gospel qui ont tant influencé ses premiers travaux étaient évidents avec Border Song et Take Me To The Pilot.

L’artiste a largement évité son célèbre fausset ; il lui reste encore 100 spectacles à faire pour la tournée mondiale d’adieu qui se déroulera l’année prochaine, et il a appris au fil des ans comment conserver sa voix sans sacrifier son style et son authenticité.

Il a également évité les morceaux tristes comme Sorry Seems To Be The Hardest Word et le déchirant The Last Song, en faveur d’une ambiance optimiste et festive.

Avant son numéro de clôture, Farewell Yellow Brick Road, Elton John a jeté son regard vers le futur. « J’ai vraiment hâte de passer le reste de ma vie avec mes enfants et mon mari, a-t-il déclaré. Soyez gentil avec vous-même. Aimez-vous les uns les autres. »

Artiste de scène accompli jusqu’à la toute fin, Elton a terminé la chanson, s’est élevé dans le ciel sur un ascenseur hydraulique pour enfin disparaître via une ouverture s’étant formée dans le plafond.

La longue tournée d’adieu a débuté en 2018. Le volet nord-américain se terminera le 20 novembre prochain à Los Angeles. En 2023, Elton John donnera ses toutes dernières performances en Europe et en Océanie.

Deux concerts seront présentés à Toronto, les 7 et 9 septembre, et deux autres sont prévus à Vancouver les 21 et 22 octobre. Les deux récitals prévus à Montréal au printemps dernier ont été annulés à cause de la COVID.

À voir en vidéo