«Les herbes sauvages», Hisao Nakahigashi

Estimant que les légumes lui ont beaucoup appris, avec savoir et sensibilité, il nous rappelle qu’il nous est impossible de vivre sans l’aide du monde naturel.
Photo: Éditions Philippe Picquier Estimant que les légumes lui ont beaucoup appris, avec savoir et sensibilité, il nous rappelle qu’il nous est impossible de vivre sans l’aide du monde naturel.

Hisao Nakahigashi a grandi dans une auberge qui accueillait les pèlerins d’un temple dans les montagnes du Japon. Depuis vingt ans chef d’un restaurant de Kyoto classé deux étoiles Michelin, il raconte avec humilité et passion dans Les herbes sauvages son rapport aux plantes, à la nature et à la cuisine. Estimant que les légumes lui ont beaucoup appris, avec savoir et sensibilité, il nous rappelle qu’il nous est impossible de vivre sans l’aide du monde naturel : « Le vivant se maintient en vie au détriment de la vie d’autrui. C’est ce que signifie manger, et par extension vivre. » Sur le bon goût des légumes moches, les semences patrimoniales, « la cuisine de l’âme des herbes », sa méthode pour faire cuire le riz et l’importance de la cuisine familiale, l’auteur cuisinier fait le tour de la question. En « vert » et contre tout, un hommage au métier d’agriculteur (et dans la foulée à celui de cuisinier) et un formidable condensé de saveurs et de sagesse millénaires.

 

Les herbes sauvages

★★★ 1/2

Hisao Nakahigashi, traduit par D. Pierret-Watanabe et R. Sekiguchi, Philippe Picquier, Paris, 2022, 208 pages

À voir en vidéo