Le grand retour du spectacle de la fête nationale à Montréal

On a pu compter sur les performances de Patrice Michaud, Alicia Moffet, Jay Scott, Sarahmée, Les Louanges, Fouki, Ariane Roy, Kathia Rock, Roxane Bruneau et Michel Pagliaro, avec Pierre-Yves Lord à l’animation de la soirée.
Photo: Adil Boukind Le Devoir On a pu compter sur les performances de Patrice Michaud, Alicia Moffet, Jay Scott, Sarahmée, Les Louanges, Fouki, Ariane Roy, Kathia Rock, Roxane Bruneau et Michel Pagliaro, avec Pierre-Yves Lord à l’animation de la soirée.

Après deux ans de pandémie et de célébrations en ligne, le Grand Spectacle de la Saint-Jean à Montréal était de retour sur la place des Festivals, cette année sous le thème de « J’aime ma langue ». Familles et amis ont bravé le temps gris jeudi soir et se sont réunis devant la scène dès 21 h, animés d’une fébrilité tangible.

Ils étaient fébriles devant une normalité finalement retrouvée. Fébriles aussi de voir se succéder sur scène une trentaine de musiciens et d’artistes durant toute la soirée, au sec, la pluie s’étant arrêtée juste à temps pour le spectacle. On a pu compter sur les prestations de plusieurs favoris du public, soit Patrice Michaud, Alicia Moffet, Jay Scott, Sarahmée, Les Louanges, Fouki, Ariane Roy, Kathia Rock, Roxane Bruneau et Michel Pagliaro, avec Pierre-Yves Lord à l’animation.

« Cette soirée-là, j’en ai rêvé pendant deux ans ! » a lancé l’animateur à la foule en début de soirée. Il n’était visiblement pas le seul.

Photo: Adil Boukind Le Devoir L'animateur Pierre-Yves Lord

Pour plusieurs, ce rendez-vous annuel est une fête autant familiale que nationale. C’est le cas pour Annie Latour, entourée de ses trois filles et de son conjoint, qui se réjouit d’être là cette année avec sa famille. « Ça fait du bien au moral de pouvoir voir du monde, de pouvoir voir des spectacles en vrai et de pouvoir chanter, danser et s’énerver. On a mis le paquet ! » dit-elle en montrant du doigt les drapeaux du Québec dont ses enfants et elle-même s’étaient décorés. À quelques pas, la cadette, âgée de huit ans, ne tenait plus sur place, excitée de voir son idole Roxane Bruneau.

L’artiste est montée sur scène après une ouverture riche en classiques québécois revisités, à commencer par L’étoile d’Amérique de Claude Léveillée. Elle a ouvert le bal avec sa chanson À ma manière.

Photo: Adil Boukind Le Devoir Roxane Bruneau

Pour Louis Luneau, c’est un rendez-vous depuis 1986, quand le spectacle se déroulait au parc Maisonneuve. Lui aussi se réjouit de pouvoir être de retour et de « revivre » enfin. À ses côtés, sa compagne, Yousra Abdallah, qui ne parle que peu le français, assiste à son premier spectacle de la Saint-Jean avec beaucoup d’excitation. Ayant tout récemment obtenu sa citoyenneté canadienne, elle assure avec fierté que ce spectacle est loin d’être son dernier.

Croisée dans la foule, Manon Massé était elle aussi des festivités. « Je trouve que la fête nationale est un beau moment de rassemblement, dit la co-porte-parole et députée de Québec solidaire au Devoir. On a raison d’avoir envie, une fois par année, de se dire qu’on est fiers d’être Québécois et Québécoises. Que ce Québec-là, c’est un Québec métissé serré. »

« Ce que j’aime de la fête à Montréal, c’est que c’est ça que ça représente : un Québec diversifié. Il n’appartient pas aux vieilles souches, il appartient à tous ceux qui y habitent », a-t-elle ajouté.

Hommages et grands classiques

 

Pour reprendre les mots de Pierre-Yves Lord, le Québec résonnait jeudi soir. Il résonnait aux airs de grands classiques, comme de succès contemporains. On passait du Coeur a ses raisons de la rappeuse Sarahmée aux rythmes électriques et électrisants de J’entends frapper de Michel Pagliaro et à La mémoire de Loco Locass. Le groupe, un incontournable de la Saint-Jean, est monté sur scène en arborant son chapeau signature à la fleur de lys.

Des interprétations de grands titres, comme Provocante de Marjo, Pour que tu m’aimes encore de Céline Dion, Le p’tit bonheur de Félix Leclerc, Besoin pour vivre de Claude Dubois ou encore Gens du pays de Gilles Vigneault, étaient aussi au rendez-vous, de quoi soulever la foule à plus d’une reprise.

Photo: Adil Boukind Le Devoir La rappeuse Sarahmée qui reprend «Gens du pays» de Gilles Vigneault avec Fouki

Ce concert était aussi l’occasion de rendre hommage aux légendes qui nous ont quittés. C’est d’abord sur les paroles cultes de la chanson Le but de Loco Locass que la foule s’est mise à scander « Guy, Guy, Guy ! » à l’unisson. Des archives vidéo montrant Guy Lafleur défilaient à l’arrière-plan. Le spectacle s’est ensuite conclu sur un touchant salut à l’auteur-compositeur-interprète Karim Ouellet. Artistes et public ont chanté en choeur sa populaire chanson L’amour.

Photo: Adil Boukind Le Devoir

Un hommage à René Lévesque, qui aurait célébré son centième anniversaire cette année, a également été rendu. Pascale Montpetit, Catherine Proulx-Lemay et Patrice Michaud ont lu un extrait du texte « Aux héritiers de l’an 2000 » de l’ancien premier ministre québécois. La lecture a été suivie de la chanson L’hymne à la beauté du monde, écrite par Luc Plamondon et Christian St-Roch, interprétée par Marie-Josée Lord.

« Nous continuerons de construire ce Québec dont il rêvait », s’est ensuite exclamé Pierre-Yves Lord, exaltant les milliers de personnes qui étaient présentes.

Cette soirée aura donné le coup d’envoi des festivités de la Saint-Jean-Baptiste, qui se poursuivront demain dans l’ensemble du Québec.

Elle sera diffusée à ICI Radio-Canada Télé et à TVA le 24 juin à 20 h et en simultané sur les ondes des stations musicales de Cogeco Média : 96,9 CKOI, les cinq stations Rythme, CIME et Planète.

À voir en vidéo