Pointe-à-Callière raconte Montréal à travers ses objets

Pour l’exposition «Coup de cœur! Nos collections s’exposent», le musée a choisi 400 objets qu’il jugeait dignes de mention.
Photo: Adil Boukind Le Devoir Pour l’exposition «Coup de cœur! Nos collections s’exposent», le musée a choisi 400 objets qu’il jugeait dignes de mention.

L’histoire de Montréal n’est peut-être pas aussi grandiose que celle de Paris ou de Rome, mais le Musée de Pointe-à-Callière est profondément convaincu que la métropole peut avoir quelque chose d’intéressant à raconter. C’est dans cet esprit que l’établissement a décidé pour son 30e anniversaire de présenter des objets souvent assez inusités qu’il a accumulés au fil des ans en lien avec Montréal. Un prétexte pour en apprendre davantage sur des pans moins connus de notre histoire, mais aussi une occasion de se remémorer certains souvenirs.

« On a une exposition permanente qui raconte l’histoire de Montréal et dans laquelle on présente beaucoup d’objets archéologiques. Mais on s’est rendu compte qu’on avait une grande collection d’objets ethnohistoriques et qu’on n’avait jamais présenté une exposition temporaire qui y était dédiée », raconte Christine Dufresne, directrice Expositions-Technologies et multimédias à Pointe-à-Callière.

Pour l’exposition « Coup de cœur ! Nos collections s’exposent », le musée a choisi 400 objets qu’il jugeait dignes de mention parmi les 40 000 qui dormaient dans son inventaire. Certains ont fait partie d’expositions précédentes, d’autres sont exposés pour la première fois.

Rien qui sorte de l’ordinaire, mais certains clins d’œil sont plutôt bien envoyés, comme une vieille paire de lunettes ayant appartenu à l’ancien maire Jean Drapeau, un chapeau que portait Louis-Joseph Papineau ou encore la vaisselle à l’effigie de la fleur de lys que Maurice Duplessis avait commandée pour le restaurant de l’Assemblée nationale.

Un sourire

 

Les mélomanes esquisseront sans doute aussi un sourire en voyant l’affiche originale du fameux spectacle de Nirvana aux Foufounes Électriques, le 21 septembre 1991. À l’époque, Kurt Cobain et sa bande étaient d’illustres inconnus et dans cette salle à moitié vide, rien ne pouvait laisser présager que le trio de Seattle deviendrait en l’espace de quelques semaines l’un des groupes mythiques de sa génération.

Dans cette exposition, c’est souvent l’histoire derrière l’objet qui est intéressante, plus que l’objet lui-même. Pointe-à-Callière a par exemple récemment acquis un vaste éventail de catalogues et de vêtements du magasin Dupuis Frères, aujourd’hui devenu la Place Dupuis.

Premier magasin d’envergure détenu par des Canadiens français au milieu du 19e siècle, à une époque où les anglophones dominaient la vie économique de la métropole, Dupuis Frères aura aussi innové en s’installant sur la rue Sainte-Catherine.

En 1868, la « Saint-Cath » était loin d’être la rue commerçante que l’on connaît aujourd’hui, et les boutiques se concentraient dans le secteur du Vieux-Montréal.

« On n’a peut-être pas de fouilles très, très anciennes, mais je pense quand même qu’on a une magnifique histoire. Montréal est une ville de rencontres, multiculturelles, ouvertes sur le monde, qui s’enrichit toujours au fil du temps », s’enthousiasme Christine Dufresne, pas peu fière de l’exposition sur laquelle elle a travaillé.

Divisée en 20 segments thématiques — comme le sport, la culture, l’Expo 67 ou encore la construction du pont Victoria — « Coup de cœur ! Nos collections s’exposent » saura plaire à toute la famille de par ses tableaux animés et adaptés aux tout-petits.

L’exposition donne ainsi le coup d’envoi au 30 anniversaire du musée de Pointe-à-Callière, qui a ouvert ses portes en 1992 pour les célébrations du 350 de Montréal.

Pour l’occasion d’ailleurs, le musée offre l’abonnement annuel à 30 dollars, l’occasion de redécouvrir les vestiges archéologiques au sous-sol ou de visiter les autres expositions saisonnières au cours de l’année.

Coup de coeur ! Nos collections s’exposent

Au musée de Pointe-à-Callière jusqu’au 8 janvier 2023

À voir en vidéo