Le milieu culturel proteste en Europe, mais pas au Québec

Une manifestation contre les restrictions sanitaires à eu lieu à Bruxelles, en Belgique, le 26 décembre dernier.
Photo: Nicolas Maeterlinck/Belga/Agence France-Presse Une manifestation contre les restrictions sanitaires à eu lieu à Bruxelles, en Belgique, le 26 décembre dernier.

Les salles de spectacle pourront rouvrir en Belgique après que le tribunal eut invalidé mardi la décision du gouvernement de les fermer. En France, la capacité d’accueil des salles a été considérablement restreinte à cause du variant Omicron, mais nombre d’artistes connus se sont insurgés sur les réseaux sociaux. Rien de tel au Québec, où la plupart des espaces culturels acceptent aujourd’hui sans broncher les consignes sanitaires qui les ont forcés à cesser leurs activités la semaine dernière.

Y aurait-il là une exception culturelle québécoise ? Peut-être, mais la directrice générale du Conseil québécois du théâtre, Catherine Voyer-Léger, ne saurait y répondre, elle qui a peu suivi le mouvement de protestation en Belgique qui a précédé la décision de la cour d’annuler la fermeture des salles de spectacle.

Chose certaine, il lui apparaît peu probable que le Québec suive cette voie dans les prochaines semaines. « Est-ce qu’on va entamer une action en justice parce que les salles de spectacle sont fermées, alors que les restaurants sont ouverts ? Peut-être que ça changera, mais ça n’a jamais été dans l’état d’esprit des troupes ici », relate Mme Voyer-Léger.

Un « état d’esprit » qui était tout autre au plat pays lorsque le gouvernement a décrété la fermeture des salles de spectacle et de cinéma le 22 décembre dernier devant l’arrivée du variant Omicron. S’en était suivi, dimanche, une manifestation de 5000 protestataires dans les rues de Bruxelles. Des députés, dont plusieurs appartiennent pourtant aux partis membres de la coalition au pouvoir, avaient même pourfendu la mesure au Parlement belge. Des propriétaires de salles de spectacle et de cinéma en avaient même appelé à la désobéissance civile en restant ouverts, en dépit de l’interdiction.

Dans la foulée, un producteur de la région bruxelloise avait saisi la justice en vue d’une série de spectacles qui devait débuter mardi. Le Conseil d’État, le plus haut tribunal administratif du pays, lui a finalement donné raison en suspendant la fermeture des salles de spectacle, invoquant que les autorités n’avaient pas su démontrer que ces lieux « favoriseraient la propagation du coronavirus, au point qu’il soit nécessaire d’en ordonner la fermeture ».

Le gouvernement belge ne peut faire appel et doit appliquer le jugement dès maintenant, le temps de revoir sa décision, ce qui pourrait prendre plusieurs mois.

 

Peu d’éclosions dans les salles

Toutefois, ce revirement de situation ne suscite pas l’envie dans les salles de spectacle au Québec. « Je ne vois pas pourquoi on irait devant les tribunaux. Je respecte la décision, et on va la suivre. Je ne veux pas prendre le risque qu’il y ait une éclosion », tranche Michel Sabourin, propriétaire du Club Soda et porte-parole de l’Association des salles de spectacles indépendantes du Québec.

Or, s’il est vrai que le nombre de cas a carrément explosé dans les dernières semaines au Québec à cause de la présence du variant Omicron, les salles de spectacle y seraient pour bien peu. En date du 21 décembre, la Santé publique de Montréal comptait quelque 347 éclosions actives, mais une seule d’entre elles était attribuable à une activité « d’art, de culture ou de divertissement ».

« On a eu des cas parmi nos employés et on ne veut pas les mettre à risque. Une salle de spectacle, ce n’est pas comme un restaurant. C’est difficile d’empêcher les gens d’avoir des contacts », nuance Michel Sabourin, résigné à prendre son mal en patience d’ici la fin de la déferlante causée par le nouveau variant.

L’homme d’affaires Vincent Guzzo, propriétaire des cinémas du même nom, est l’un des seuls dans l’industrie à dénoncer ouvertement les dernières restrictions. Il ne ferme pas la porte d’ailleurs à se tourner vers les tribunaux, inspiré par la Belgique, où l’on s’attend maintenant à ce que la décision de la cour à propos des salles de spectacle soit bientôt étendue également aux cinémas.

« Je ne comprends pas pourquoi des gens doublement vaccinés ne peuvent pas aller voir un film même en étant distanciés, alors que des infirmières qui ont la COVID vont pouvoir continuer de travailler », s’indigne Vincent Guzzo, en lançant une pointe au gouvernement Legault, qui a annoncé mardi que les travailleurs de la santé déclarés positifs à la COVID-19 pourraient malgré tout continuer de travailler sous certaines conditions afin de faire face à la pénurie de main-d’œuvre dans le réseau.

Critiques en France

 

Le Québec est aujourd’hui l’un des seuls endroits au monde à avoir opté pour la fermeture complète des salles de cinéma. La France a pour sa part annoncé lundi l’imposition d’une limite de 2000 places assises pour les grands événements intérieurs. Même si cette mesure est bien moins stricte que ce qui est vigueur au Québec, plusieurs artistes français s’en sont indignés, d’autant que les rassemblements politiques ne sont pas concernés pas la nouvelle restriction en cette année d’élection présidentielle.

« Je me présente en tant que président de la République », a ironisé le rappeur Eddy de Pretto sur son compte Twitter, une blague reprise par le slameur Grand Corps Malade et par le chanteur Julien Doré, entre autres.

Pas de tel mouvement chez nous, alors que la province pulvérise des records de contaminations jour après jour.

 

« Si la société est en crise, on ne va pas revendiquer quelque chose juste pour nous. C’est vrai qu’il n’y a pas eu d’éclosions dans les salles de spectacle jusqu’ici, mais il y a un tel niveau de contagion en ce moment qu’il y en aurait probablement si on était ouvert », raisonne Catherine Voyer-Léger.

La directrice générale du Conseil québécois du théâtre reconnaît par ailleurs que la survie des salles de spectacle n’est pas en jeu actuellement, en raison des aides gouvernementales disponibles.

À voir en vidéo