Faulí dans les pas de Gaudí pour achever la Sagrada

Septième architecte en chef de la Sagrada Familia, Jordi Faulí avait 31 ans lorsqu'il a intégré le chantier, en 1990.
Photo: Lluis Gene Agence France-Presse Septième architecte en chef de la Sagrada Familia, Jordi Faulí avait 31 ans lorsqu'il a intégré le chantier, en 1990.

Septième architecte en chef de la Sagrada Familia, Jordi Faulí a longtemps été considéré comme l’homme qui achèverait l’ouvrage emblématique d’Antoni Gaudí à Barcelone. Mais la pandémie a de nouveau contrecarré les plans de ce chantier hors du commun, en cours depuis près de 140 ans.

« J’aimerais être ici pendant de nombreuses années encore, bien sûr, mais je m’en remets à Dieu », confie dans une timide grimace ce Barcelonais, né près de la célèbre basilique, où il a commencé à travailler en 1990.

À l’époque, il avait 31 ans. Soit le même âge que Gaudí lorsqu’il s’était lancé dans la construction de cet ouvrage monumental auquel il consacra quatre décennies, jusqu’à sa mort, lorsqu’il fut percuté par un tramway en 1926.

« Quand je suis arrivé, seules trois de ces colonnes étaient construites, et seulement les dix premiers mètres », raconte à l’AFP Jordi Faulí, en désignant plusieurs piliers de pierre depuis un grenier de la nef principale.

« J’ai eu la chance de planifier et de voir construit tout l’intérieur, puis la sacristie, et maintenant les tours centrales », ajoute cet homme de 62 ans au phrasé lent.

La plus grande des neuf tours déjà achevées, celle de la Vierge Marie, a été officiellement inaugurée mercredi soir, avec l’illumination d’une gigantesque étoile de verre et d’acier de 5,5 tonnes surplombant la structure à 138 mètres de haut.

Plusieurs milliers de personnes ont assisté à l’événement, organisé le jour de l’Immaculée Conception. L’inauguration de cette tour, appelée à devenir à terme la deuxième plus haute tour sur les 18 prévues par Gaudí, a été saluée par le pape François, qui a rendu hommage dans un message vidéo au « grand architecte Antoni Gaudi ».

Histoire heurtée

 

À quel moment le reste de l’édifice sera-t-il achevé ? Le calendrier initial prévoyait une fin des travaux en 2026, date du centenaire de la mort du célèbre architecte moderniste. Mais avec la pandémie de Covid-19, cet objectif a été abandonné et la suite des travaux reste incertaine.

« Nous ne pouvons donner aucune estimation, car nous ne savons pas à quel niveau les visites vont reprendre dans les années à venir », explique Jordi Faulí, qui rappelle que la basilique n’est financée que par les dons privés et, surtout, les entrées payantes des visiteurs.

En 2019, la Sagrada Familia a été le monument le plus visité de Barcelone, avec 4,7 millions d’entrées. Mais avec la pandémie de Covid-19, la basilique est restée fermée au public durant presque un an à partir de mars 2020, en deux périodes cumulées.

Selon les données municipales, moins de 764 000 personnes ont ainsi visité le bâtiment en 2020. Et d’après la fondation en charge des travaux, les visites ne retrouveront pas leur niveau d’avant-crise avant la fin 2023 au plus tôt.

Ce n’est pas la première fois que le chantier se heurte à des difficultés. La Sagrada Familia a même vu son avenir menacé lors de la Guerre civile espagnole (1936-1939), quand une grande partie des plans et maquettes laissés par Gaudí ont disparu dans un incendie.

Pour certains, cette perte capitale ne permet pas de considérer les éléments récents comme l’œuvre de l’architecte catalan. L’Unesco n’inclut d’ailleurs à son patrimoine mondial que la façade de la Nativité et la crypte de la basilique, érigées du vivant de Gaudí.

Mais pour Faulí, l’édifice actuel est fidèle au projet d’origine. Gaudí « a clairement dessiné la disposition des différents éléments des nefs […], des voûtes, des tours » et proposé « que ces règles géométriques, cette grammaire qu’il a laissées dans ses modèles puissent être reproduites », insiste-t-il.

Tourisme de masse

 

Avant la pandémie, Faulí, nommé architecte en chef de la basilique en 2012, dirigeait une équipe de 27 architectes et plus de 100 ouvriers. Aujourd’hui, seuls cinq architectes et 16 ouvriers travaillent sur le chantier.

À Barcelone, ville de 1,6 million d’habitants où le débat sur son modèle touristique fait rage, un tel projet est d’autant plus délicat que nombre d’habitants s’opposent au tourisme de masse qui, selon eux, détruit certains quartiers de la ville… dont celui de la basilique.

« Ma vie est ici et ils veulent la mettre à terre » ou « Stop aux mensonges des guides touristiques », dénoncent ainsi des banderoles attachées à des balcons dans la rue où doit être construite la future entrée principale de l’édifice, un escalier qui obligerait à reloger plusieurs centaines de familles.

Interrogé sur ces critiques, Faulí prône « le dialogue avec tout le monde et la recherche de solutions justes ».

Il aimerait cependant voir achevée la façade principale de l’édifice, dont il ne s’est jamais éloigné plus de deux semaines d’affilée au cours des 30 dernières années.

À voir en vidéo