Les flâneuses

Photo: Le Devoir

Amélie Gaudreau

Retour exceptionnel
Nous attendions avec fébrilité la série scénarisée par Guillaume Lambert (La vie adulte) et Florence Longpré (M’entends-tu ?) et réalisée par leur collègue Guillaume Lonergan. Nous n’avons pas été déçue. Audrey est revenue, récit doux-amer et comique de la renaissance d’une trentenaire qui a été pendant 17 ans dans le coma et qu’on laissait presque pour morte depuis, s’avère une réussite. Cette comédie du banal et de l’extraordinaire, à la fois poétique, fantastique et douloureusement dramatique, est portée par des interprètes de grand talent. À Club Illico.


Odile Tremblay

Les féeries de Fred Pellerin
Pour la première fois au cinéma sous la direction de Francis Leclerc, l’univers magique des contes de Fred Pellerin hante L’Arracheuse de temps et déride les esprits. Cette poésie, cet assaut du fantastique dans le quotidien des habitants de Saint-Élie-de-Caxton, à deux époques confondues, est rendu à l’écran avec quelques longueurs, mais plusieurs scènes délicieuses fort bien jouées (dont par un Marc Messier en verve en Méo aviné). Cette légende où la mort n’a qu’à bien se tenir apporte chaleur et lumière à nos jours de froidure et invite à s’y réchauffer en famille.


Manon Dumais

Un bel objet
En 2014, Dominique Fortier et Nicolas Dickner firent paraître chez Alto un livre aussi fou que fascinant qui s’inspirait du calendrier révolutionnaire, créé par Fable d’Églantine et André Thouin, en usage de 1793 à 1806. Tiré à 1793 exemplaires à l’époque, Révolutions connut un tel succès que l’éditeur Antoine Tanguay a récemment décidé de rééditer ce bel ouvrage en 1806 exemplaires. Abécédaire, fragments d’autofiction, correspondances à quatre mains, Révolutions est une œuvre colossale, ambitieuse et unique où l’on célèbre de manière décomplexée et ludique l’amour des mots.


Louise-Maude Rioux Soucy

Doux-amer foyer
Il plane sur The Humans une aura d’étrangeté. Réunie pour le dîner de Thanksgiving, la famille Blake, malgré tout l’amour qui les unit, peine à s’accorder. Adaptée et réalisée par Stephen Karam à partir de sa pièce primée, cette dramédie sur trois géné-rations met à vif les fissures d’une existence aux promesses déçues. D’une redoutable efficacité, le texte se nourrit des noirceurs inquié-tantes de cet appartement d’avant-guerre, enveloppant la réunion d’un voile désenchanté. Le tout porté par une distribution où brillent Jayne Houdyshell, Richard Jenkins, Beanie Feldstein et Amy Schumer. En VSD.

À voir en vidéo