L’écrivaine autochtone Lee Maracle n’est plus

La militante et professeure d’université Lee Maracle est décédée le 11 novembre à l’âge de 71 ans des suites d’une complication cardiaque.
Photo: Wikimedia Commons La militante et professeure d’université Lee Maracle est décédée le 11 novembre à l’âge de 71 ans des suites d’une complication cardiaque.

Figure de proue de la littérature des Premières Nations et gardienne des mythes autochtones, la militante et professeure d’université Lee Maracle est décédée le 11 novembre à l’âge de 71 ans des suites d’une complication cardiaque, au Surrey Memorial Hospital, en Colombie-Britannique. « Une bien triste journée pour la littérature du monde entier et la pensée féministe et décoloniale », a résumé sur Twitter l’écrivain, traducteur et chargé de projet chez Hannenorak Daniel Grenier.

Membre de la nation Stó:lō, née Marguerite Aline Carter d’une mère métisse et d’un père salish le 2 juillet 1950 à North Vancouver, la future dame de lettres abandonne ses études et devient membre du mouvement Red Power. Après avoir vivoté dans l’industrie cinématographique en Californie et à Toronto, elle retourne à Vancouver pour faire ses études à l’Université Simon Fraser. En 1975, elle publie son roman autobiographique Bobby Lee: Indian Rebel. Suivront une douzaine de livres, dont sept romans et trois recueils de poésie, parmi lesquels Hope Matters (2019), écrit en collaboration avec ses filles, Columpa Bobb et Tania Carter.

« Une grande dame nous a quittés, non sans avoir inspiré toute une génération de jeunes autrices et auteurs autochtones dont la voix résonne haut et fort aujourd’hui. C’était un honneur et un privilège d’avoir pu la côtoyer brièvement, apprendre d’elle et traduire deux de ses livres. Mes pensées vont à ses proches », a déclaré par communiqué Joanie Demers, traductrice des romans Le chant de Corbeau (2018) et Le chant de Celia (2021), parus chez Mémoire d’encrier.

Au cours de sa carrière, Lee Maracle s’est vu décerner des récompenses prestigieuses. Nommée officière de l’Ordre du Canada en 2018, elle a aussi été finaliste pour le Neustadt International Prize en 2020 avec Celia’s Song. Petite-fille du chef Dan George, auteur et musicien vu aux côtés de Dustin Hoffman dans Little Big Man (1970), d’Arthur Penn, Lee Maracle laisse dans le deuil quatre enfants et plusieurs petits-enfants.

« À nouveau je suis orpheline // Tu t’en retournes à ton dernier campement // Je garde tes mots pour retenir ta présence », a exprimé la poète innue Joséphine Bacon dans un communiqué diffusé par Mémoire d’encrier.

À voir en vidéo