Les flâneurs

Photo: Le Devoir


 


Odile Tremblay


 
 

Sur l'aile de la vie

Anaïs Barbeau-Lavalette a le pas léger, mais laisse des empreintes. La romancière de La femme qui fuit et cinéaste de La déesse des mouches à feu livre un récit nourri à sa propre vie, mais transfiguré, dans Femme forêt (Marchand de feuilles). Le cycle des saisons, un champ d’asclépiades, une poule blessée, une pierre tombale mystérieuse, les joies et les angoisses de tous les âges de la vie, la mort, l’amour, la peur, tout vibre et se répond dans cette maison en pleine nature. C’est délicat, tendre, généreux, inquiet, tandis que plantes et animaux guident les humains entremêlés vers leur lumière.



 
Manon Dumais


 
 

Petits malaises entre amis

Créée à l’été 2021 par le Petit Théâtre du Nord à Boisbriand, Nous nous sommes tant aimés, pièce du plus que prolifique Simon Boulerice, vient de paraître aux Éditions de ta Mère. Trente ans après la fin de leur secon-daire, quatre amis célèbrent leurs re-trouvailles sur les lieux où s’était tenu leur après-bal. Tandis qu’ils échangent des souvenirs, une narratrice, qui aurait aimé être de la partie, commente l’action. Truffée de références cinématographiques et musicales, cette pièce douce-amère en trois actes traite avec humour, délicatesse et justesse des traumatismes de l’adolescence.



 
Louise-Maude Rioux Soucy


 
 

Seule et heureuse

C’est assumé d’office : cette troisième saison sera l’ultime saison de la série Fourchette. Ça se sent autant dans la vie sentimentale qu’intellectuelle de Sarah que nous retrouvons pétrie de doutes primordiaux, mais forte de nouvelles certitudes qu’elle entend cultiver et défendre. Renouer avec l’alter ego de Sarah-Maude Beauchesne, à la fois autrice et actrice principale de cette série piquante et pleine d’esprit, est un bonheur. La réalisation tonique et inventive de Catherine Therrien, qui nous fait entrer dans la tête et la peau de Fourchette, fait le reste. Dès le 17 novembre, sur Tou.tv.



 
Philippe Papineau


 
 

Sautez sur la glace de Lemoyne

Le Musée national des beaux-arts du Québec accueille ces jours-ci à Québec une nouvelle exposition offrant un condensé du parcours du peintre Serge Lemoyne, connu et reconnu pour ses toiles bleu-blanc-rouge sur le thème du hockey, et particulièrement du Canadien de Montréal. L’exposition ludique, intitulée Hors jeu, est généreuse en productions issues de cette décennie de travail, mais ne s’y cantonne pas. Le néophyte (que je suis) y découvre toutes les déclinaisons du travail de cet artiste plus rebelle et plus assoiffé de liberté que ne le laisse présager son travail de la Sainte-Flanelle. À voir, et même en famille.


 

À voir en vidéo