Un retour culturel attendu

Selon le sondage, 72% des répondants sont en accord avec la restriction des salles de spectacle aux détenteurs du passeport vaccinal.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Selon le sondage, 72% des répondants sont en accord avec la restriction des salles de spectacle aux détenteurs du passeport vaccinal.

Les Montréalais seront au rendez-vous dans les salles de spectacle et dans les lieux de diffusion de la culture quand les mesures sanitaires seront levées. Un récent sondage révèle que près de 80 % des répondants comptent participer à des activités culturelles plus souvent ou autant qu’avant lorsque la pandémie sera chose du passé.

Le sondage Web réalisé par la firme Léger pour le compte du Conseil des arts de Montréal et que Le Devoir a pu consulter a été mené auprès de 500 résidents de l’île de Montréal âgés de 18 ans et plus du 23 au 29 août dernier.

Il révèle notamment que les Montréalais sont très attachés à leurs artistes : 90 % des répondants estiment que ceux-ci ajoutent de la valeur à la société et 78 % d’entre eux jugent que le financement des arts devrait être une priorité de l’administration municipale, notamment parce que cela permet d’encourager des artistes locaux et de donner un accès abordable ou gratuit à l’art et la culture. « Même si les Montréalais ont été privés d’art et de culture pendant très ou trop longtemps, […] ils trouvent encore que ça contribue à leur qualité de vie et que ça définit l’identité de la ville », explique Hugo Couturier, directeur des communications au Conseil des arts de Montréal.

Consensus sur le financement

 

Les deux principaux candidats à la mairie de Montréal, Valérie Plante et Denis Coderre, seront d’ailleurs invités à se prononcer sur la question lors d’une discussion publique organisée par Culture Montréal lundi après-midi. Bien que le chef de Mouvement Mont-réal, Balarama Holness, ait conclu jeudi une alliance avec son adversaire Marc-Antoine Desjardins, il ne pourra participer l’événement, car des modifications au programme sont impossibles, indique-t-on à Culture Montréal. M. Holness sera toutefois invité à enregistrer une vidéo pour parler de sa vision pour la culture, et celle-ci sera diffusée plus tard cette semaine.

La Ville n’est pas la seule à être interpellée sur la question du financement. Dans une proportion de 80 %, les répondants croient que le financement des arts devrait être une priorité pour le milieu des affaires. Et ils sont presque aussi nombreux à penser que les Montréalais devraient y contribuer par l’entremise de dons. De plus, 80 % des répondants estiment que les arts autochtones devraient faire l’objet d’un meilleur financement.

Le passeport vaccinal

 

Le sondage met en relief la volonté des Montréalais de renouer avec les activités culturelles : 60 % des Montréalais qui consommaient des arts et de la culture avant la pandémie entendent reprendre leurs habitudes une fois les mesures sanitaires levées et 19 % d’entre eux le feront plus souvent, alors que 13 % prévoient être moins assidus qu’avant.

Hugo Couturier signale toutefois que, malgré le fait que la plupart des salles pourront être combles à compter du 8 octobre, plusieurs mesures sanitaires seront toujours en vigueur, comme le port du masque en tout temps. La majorité des Montréalais, soit 72 %, sont toutefois en accord avec l’idée de restreindre l’accès aux salles de spectacle aux détenteurs de passeport vaccinal. Celui-ci ne devrait rien changer pour 55 % des répondants, et 28 % des personnes sondées croient même à un effet positif. Une minorité de répondants (12 %) soutiennent cependant qu’ils iront voir moins de spectacles en raison de cette restriction. De ce nombre, 52 % ont indiqué ne pas être vaccinés.

La pandémie a fait émerger de nouveaux modes de diffusion, mais les amoureux des arts sont majoritaires (60 %) à préférer assister à des performances en personne contre 22 % qui sont favorables aux deux formules, en personne ou en virtuel, contre 5 % de façon virtuelle uniquement. « Ils apprécient ce nouveau modèle de diffusion. Le savoir-faire des artistes d’ici pourrait être vu ailleurs au Canada, au Québec ou dans le monde. Cela peut ouvrir de nouveaux marchés », croit Hugo Couturier.

Reste que la réelle relance risque de se faire attendre. « Toutes les associations professionnelles d’artistes nous disent que ça va prendre entre trois et cinq ans », indique Hugo Couturier.

 
80%
C’est le pourcentage de répondants qui sont d’avis que les arts autochtones devraient faire l’objet d’un meilleur financement.

80%

C’est le pourcentage de
répondants qui sont d’avis que les arts autochtones devraient faire l’objet
d’un meilleur
financement.



À voir en vidéo