«L’IA et moi»: invisible, et pourtant

L'animateur Philippe Desrosiers se questionne sur la place qu’occupe l’intelligence artificielle (IA) dans nos vies.
Photo: Savoir Média L'animateur Philippe Desrosiers se questionne sur la place qu’occupe l’intelligence artificielle (IA) dans nos vies.

Trouvant son origine au Moyen Âge dans les langues allemande (geck) et néerlandaise (gek), le mot « geek » désignait autrefois les personnes étranges ou encore les fous, d’après l’Oxford American Dictionary. Au fil des années, les passionnés de technologies se sont toutefois réapproprié ce terme péjoratif, ce qui permet à Philippe Desrosiers, l’animateur de L’IA et moi, de se décrire fièrement comme tel aujourd’hui.

Celui qui anime les six nouveaux épisodes de cette nouvelle série de Savoir média possède en effet une pléthore d’objets technologiques, selon ses dires, ce qui l’amène à se questionner sur la place qu’occupe l’intelligence artificielle (IA) dans nos vies. En discutant avec au moins trois intervenants par émission, le gagnant de La course destination monde en 1996 met en lumière six angles : le plaisir, l’efficacité, la santé physique, la santé mentale, l’alimentation et finalement l’écologie.

D’une plantation de cannabis à un immeuble dont l’énergie est gérée par l’IA, en passant par la conduite d’un prototype de véhicule autonome, l’animateur de la série documentaire Le sexe autour du monde prend un grand plaisir à discuter de l’IA. Ainsi, malgré la complexité du sujet et la forme assez traditionnelle des discussions, la joie contagieuse de Philippe Desrosiers permet de garder le public captivé. Celui-ci ressortira d’ailleurs gagnant de l’écoute de cette série très informative.

 

L’IA et moi

Savoir média, mardi, 21 h, et sur savoir.media

À voir en vidéo