«Omno»: tout doux pèlerinage lumineux

Assez simple visuellement, «Omno» fait tout de même rougir des projets menés par des équipes beaucoup plus Tout doux pèlerinage lumineux grandes.
Photo: Future Friends Games Assez simple visuellement, «Omno» fait tout de même rougir des projets menés par des équipes beaucoup plus Tout doux pèlerinage lumineux grandes.

Il est parfois difficile de le remarquer, mais il est possible de trouver un peu de beauté dans toute chose. Des forêts luxuriantes aux déserts arides en passant par la froide toundra, le développeur solo Jonas Manke nous invite avec son jeu de plateforme 3D Omno à reconnaître cette beauté, cette énergie, qui émane de la vie autour de nous. Pas une seule fois on ne doit tuer ou heurter un autre être dans ce premier jeu développé en solo sur cinq ans par l’Allemand Jonas Manke, alias StudioInkyfox. Presque méditatif, Omno est un jeu de plateforme en trois dimensions dans lequel on doit résoudre des casse-tête. On y prend la place d’une sorte de jeune moine extraterrestre en pèlerinage vers la lumière au milieu des ruines d’un peuple ancien. C’est du moins la manière dont on l’interprète.

Tout de suite, on pense au très marquant jeu indépendant Journey. L’ambiance, la musique — très douce, signée Benedict Nichols, qui a aussi composé la trame sonore de The Falconeer —, les scènes de glisse effrénées, dans le désert ou la neige… Si on a aimé le fameux jeu de plateforme de thatgamecompany, on sera certainement charmé par Omno.

La comparaison s’arrête là, cependant : les mécaniques et les casse-tête ressemblent beaucoup plus à un des jeux de plateforme 3D classique de Nintendo tels que Mario 64. On saute, on vole, on plane et on récupère des petites sphères lumineuses pour terminer chaque niveau.

Assez simples pour un enfant, mais aussi souvent assez corsés pour un public adulte, ces casse-tête sont un délice, tant pour ceux qui voudront vite faire avancer l’histoire que pour les maniaques complétionnistes. En effet, à chaque niveau (des minimondes ouverts dans lesquels on retrouve cinq ou six puzzles), il suffit d’en résoudre trois pour progresser dans l’histoire.

On peut donc avancer à la vitesse qui nous plaît, en choisissant parfois de passer outre certaines énigmes plus complexes ou tout simplement par désir de voir l’arc narratif de notre petit bonhomme gris et de son petit furet vert volant avancer. On a terminé Omno en une seule séance de trois heures, et on ne peut pas s’empêcher de mentionner qu’on a versé une petite larme lors de la finale.

Assez simple visuellement, Omno fait tout de même rougir des projets menés par des équipes beaucoup plus grandes. C’est le travail d’un seul développeur qui se cache derrière chaque créature étrange, chaque énigme et chaque brin d’herbe ! On est sérieusement impressionné, et on a bien hâte de voir ce que pourra réaliser Jonas Manke s’il décide un jour de se joindre à une équipe complète. Espérons que cela ne prendra pas cinq autres années, mais, d’ici là, on pourra retourner voir Omno pour y résoudre les quelques énigmes qui nous ont échappé.

Omno

★★★ 1/2

Conçu par StudioInkyfox et édité par Future Friends Games. Offert pour PC (Steam et Epic Games Store), PlayStation 4 et 5, Xbox One, Series X et S (Game Pass) et Nintendo Switch.



À voir en vidéo