Les flâneurs

Illustration: Le Devoir
Valérie Duhaime

Malaise au paradis

On sait rapidement que cela va dégénérer, mais on ne sait pas comment. C’est la beauté de la nouvelle série Le lotus blanc (V.F. de White Lotus), qui compte six épisodes. On y suit les vacances dans un tout-inclus d’Hawaï d’une bande de membres du 1 % et d’employés de l’établissement de luxe, incarnés d’ailleurs par une distribution impeccable. C’est beau et c’est langoureux, à l’image d’une semaine au soleil, mais c’est aussi très bien ficelé, puisqu’on ne peut expliquer cette tension qui s’installe avant même que les vacances ne commencent. Sur Crave.


Louise-Maude Rioux Soucy
Dans les pas d’un visionnaire

Le chorégraphe et danseur afro-américain Alvin Ailey a le statut d’icône, si bien que la réalisatrice Jamila Wignot n’a gardé que son patronyme pour titrer le portrait immersif qu’elle lui consacre. Cela lui permet paradoxalement de s’affranchir de ce nom de légende pour s’intéresser plus finement à l’homme et à son legs. À sa solitude aussi, commune aux créateurs insatiables, qui, comme lui, deviennent des bourreaux de travail au service d’un art qui les dépasse. L’ensemble est ponctué d’extraits magnifiquement imbriqués qui forment un beau grand jeté à attraper au Cinéma du Parc et en VSD.


Manon Dumais
Pour prolonger le plaisir

Vous avez aimé le roman doux-amer Un lien familial (Boréal, 2018), de Nadine Bismuth ? Ça tombe bien ! Depuis jeudi, sur l’Extra de Tou.tv, vous pouvez renouer avec Magalie et Guillaume, incarnés par Rachel Graton et Maxime Allard, dans l’élégante série chorale réalisée par Sophie Lorain et scénarisée par la romancière elle-même. Fidèle à l’esprit du roman, la série de six épisodes bouscule avec finesse, légèreté, humour et ironie tous les clichés sur l’amour, le couple et la conciliation travail-famille véhiculés dans les romans à l’eau de rose et les comédies sentimentales. Plaisir garanti.


François Lévesque 

Une vraie (belle) plaie

Parmi les bonnes nouveautés sur Netflix, le film français La nuée se distingue. Suspense psychologique à combustion lente mâtiné « d’éco-horreur », ce premier long métrage de Just Philippot, sélectionné à la Semaine de la critique du Festival de Cannes en 2020, est porté par l’interprétation sentie de Suliane Brahim (sociétaire de la Comédie-Française) dans le rôle d’une cultivatrice qui se reconvertit à l’élevage de sauterelles comestibles pour sauver sa ferme. De plus en plus insolite, la suite, qui revisite l’auguste mythe biblique, vaut le détour. Sur Netflix.

À voir en vidéo