Les festivals de 5000 personnes se feront rares cet été

Le Festif de Baie-Saint-Paul envisage de faire grimper la foule de certains spectacles de 250 à 350 personnes. Sur la photo, une foule réunie pour un spectacle lors de l’édition 2017 du festival.
Photo: Caroline Perron Le Festif de Baie-Saint-Paul envisage de faire grimper la foule de certains spectacles de 250 à 350 personnes. Sur la photo, une foule réunie pour un spectacle lors de l’édition 2017 du festival.

La santé publique québécoise a beau hausser dès maintenant à 5000 le nombre de personnes admises en même temps dans les événements extérieurs, peu de festivals comptent atteindre ce chiffre en juillet.

Lors de ses plus grosses soirées de 2019, le festival Mémoire et Racines réunissait jusqu’à 5000 ou 6000 amateurs de contes et de musique folkloriques dans Lanaudière. « Les gens entendent maintenant la limite de 5000 personnes et peuvent penser que ce sera comme d’habitude. Mais non, pas tout à fait », souligne Marjolène Turcotte, gestionnaire déléguée pour l’événement, qui aura lieu du 21 au 25 juillet.

Pas tout à fait, car les règles actuelles obligent les festivals sans places assises désignées à allouer une superficie de quatre mètres carrés à chaque participant. Les places assises fixes, quant à elles, doivent se trouver à 1,5 mètre de distance. En outre, la foule doit être divisée en groupes de 250 personnes séparés par des barrières physiques et surveillés par deux bénévoles chacun. Il faut donc disposer d’un immense terrain — 20 000 mètres carrés, dans le premier cas — et d’importantes ressources pour accueillir et gérer 5000 personnes.

Pour s’assurer que les spectateurs voient et entendent bien les artistes, de même que pour favoriser une ambiance chaleureuse, Mémoire et Racines a donc décidé cette année de mettre en place de petites scènes et de limiter l’achalandage à 500 personnes. L’annonce de la Santé publique n’y changera pas grand-chose.

« Ce qui peut être intéressant, c’est si les gens peuvent être plus rapprochés, indique toutefois Mme Turcotte. Tout ce qui peut être allégé dans la gestion des festivaliers, c’est ce qui nous aiderait le plus cette année. »

Des assouplissements demandés

L’organisme Événements Attractions Québec, qui représente notamment des événements touristiques dans plusieurs régions, espère aussi que des assouplissements seront annoncés bientôt. Il croit que les directives détaillées de la Santé publique à l’attention des organisateurs, qui doivent être mises à jour sous peu, pourraient aller en ce sens.

Ce qui peut être intéressant, c’est si les gens peuvent être plus rapprochés. Tout ce qui peut être allégé dans la gestion des festivaliers, c’est ce qui nous aiderait le plus cette année.

 

« Si on réduit à trois mètres carrés par personne, certains promoteurs pourraient reconfigurer des sections pour ajouter des festivaliers », dit le directeur général de l’organisme, François-G. Chevrier.

C’est le cas du Festif de Baie-Saint-Paul, qui envisage de faire grimper la foule de certains spectacles de 250 à 350 personnes. Cela pourrait représenter quelques centaines de billets supplémentaires au total pour ce festival qui affiche présentement complet, du 21 au 25 juillet.

Les gros événements aussi

Mais à court terme, même de gros festivals comme Juste pour rire n’augmenteront pas la jauge de spectateurs pour leurs spectacles extérieurs. « À deux semaines du début de notre événement, le délai est trop court pour refaire le plan des scènes, du site, etc., a signifié par courriel le vice-président contenu francophone du Groupe Juste pour rire, Patrick Rozon. Aussi, il faut savoir que chaque fois que nous augmentons le nombre de public sur place, nous augmentons aussi les protocoles sanitaires, ce qui entraîne des coûts supplémentaires et nous n’avons tout simplement pas cette liberté à notre portée cette année. »

Les spectacles du festival d’été de Québec, qui ont commencé jeudi, ont tous lieu à l’intérieur, au Manège militaire, où peuvent célébrer 500 personnes en ce moment. Les nouvelles règles ne les concernent donc pas. « Quant à nos installations extérieures, ce sont un parc convivial et une exposition photo. La capacité n’est pas énorme non plus. Donc ça n’a pas vraiment d’incidence sur nos activités », a précisé par courriel la relationniste Véronique Bouillé.

Pour plusieurs festivals, l’été 2021 s’annonce complexe et peu lucratif, mais il est important pour eux de promouvoir les artistes et de continuer à exister.

À voir en vidéo