Festival - L'Afrique sur tous les modes

C'est par le traditionnel week-end de spectacles gratuits en plein air que se sont conclues les 18e Nuits d'Afrique. Sur la Place Émilie-Gamelin, ateliers de danse afro-latine et de percussions africaines se sont mêlés aux prestations d'artistes locaux et internationaux, dont celle clôturant la fête dimanche et mettant en vedette la porte-parole de l'événement, Mélanie Renaud, aux côtés de l'artiste guinéenne Tiranké Sidimé.

Le festival dédié aux inépuisables formes de la world beat a ainsi rempli ses devoirs, atteignant près de 85 % des objectifs de vente de billets qu'il s'était fixés. Au chapitre des succès plus et moins attendus: Thomas Mapfumo & The Blacks Unlimited, au Kola Note, Pierre-Michel Ménard, au Club Balatou, Djamel Laroussi, au Lion d'Or.

Alpha Blondy: partie remise

Plusieurs coups de coeur aussi: Kékélé (RDCongo), Bembeya Jazz (Guinée), Chico Alvarez y Mafimba (États-Unis) et Chris Combette (Guyane). Une demi-déception: la star du reggae africain, Alpha Blondy, a dû annuler son spectacle à la dernière minute, mais ce n'est que partie remise puisqu'il viendra à Montréal à l'automne. Les dates exactes seront connues dans les jours à venir.

Mais, en tout, ce sont 304 artistes issus de 33 pays qui ont contribué à la fête africaine conjuguée sur ses modes antillais, européen et latino-américain.