Les flâneuses

Illustration: Le Devoir

Catherine Lalonde

Le retour de Pénélope Rex

Pénélope Rex est de retour ! Cette colorée tyrannosaure n’a plus de mal à se faire des amis dans sa classe, où elle est seule parmi des enfants, maintenant qu’elle sait résister à l’envie de les dévorer (« car les enfants sont délicieux ! ») Mais le concours de talent la met face à sa peur de s’affirmer. Une peur qu’elle domptera par son plaisir à jouer de la guitare électrique. La star du rock et ses camarades de classe, de Ryan T. Higgins, pour les 2-7 ans, est moins réussi que le formidable On ne mange pas ses camarades de classe. Reste qu’on était alors tombés amoureux de Pénélope, et qu’on le demeure.


Odile Tremblay

De la musique avant toute chose

Il n’y a pas de peuple sans musique. Comme une vague, somptueux voyage de la Montréalaise Marie-Julie Dallaire en noir et blanc à travers l’univers musical, pénètre cet art avec une charge de notes et d’émotions qui bercent, galvanisent et transportent le spectateur.  Par la polyphonie des Pygmées, par la voix de musicologues, par le stradivarius de Stéphane Tétreault, par les réflexions et les performances du compositeur-interprète Patrick Watson, par les sons de la forêt, c’est le rapport universel à la musique qui nous étreint et nous unit. Lancé au FIFA, le documentaire est maintenant en salle.


Amélie Gaudreau
Élargir l’horizon

Léon, ado cultivé et sensible de 16 ans, a beau avoir un champ de vision d’un tout petit six degrés, l’équivalent du trou d’une paille, son horizon s’élargit tout d’un coup le jour où sa mère (très mère poule) meurt, qu’il se découvre toute une famille et fréquente pour la première fois l’école. La superbe série Six degrés (Tou.tv Extra) de Simon Boulerice, qui raconte ce grand bouleversement, portée magnifiquement par une distribution épatante, dont Noah Parker dans le rôle principal, s’adresse d’abord à un public jeune. Mais elle touchera à coup sûr les curieux de tous les âges qui s’y aventureront.


Louise-Maude Rioux Soucy

Tout comme lui

Le musicien de jazz américain Billy Tipton a vécu sa vie à contretemps. Assigné femme à la naissance, il se fera homme dans la vingtaine pour ne jamais revenir en arrière, portant ce secret jusqu’à sa mort, à la stupéfaction non seulement de ses fans et collègues, mais de sa famille. Devenu une icône de la culture trans, le revoici au centre d’un brillant documentaire, qui le raconte comme jamais auparavant à travers le regard allumé d’acteurs trans invités à le personnifier tout en réfléchissant à son legs. Puissant documentaire expérimental, Un vrai gentleman s’attrape en salle comme en VSD.