Québec bonifie de 3 mois et de 18 millions son aide aux salles de spectacles

Le ministère de la Culture a confirmé jeudi matin que Québec accompagnera la réouverture des salles de spectacles «au moins» jusqu’au 30 juin.
Photo: Valerian Mazataud Archives Le Devoir Le ministère de la Culture a confirmé jeudi matin que Québec accompagnera la réouverture des salles de spectacles «au moins» jusqu’au 30 juin.

Le gouvernement Legault prolonge de 3 mois et de 18 millions son plan d’aide qui compense les pertes en revenus de billetterie pour les salles de spectacles touchées par les mesures sanitaires. La bonification de la mesure est annoncée alors qu’il reste près de 40 % des sommes dans l’enveloppe initiale.

La ministre de la Culture, Nathalie Roy, a confirmé jeudi que Québec accompagnera la réouverture des salles « au moins » jusqu’au 30 juin. Au départ, le programme annoncé le 2 octobre — soit au lendemain du passage de Montréal en zone rouge, ce qui impliquait alors la fermeture des salles de spectacle — devait se terminer le 31 mars. Une somme de 50 millions y était rattachée. C’est une « aide dont bénéficie toute la chaîne de diffusion et qui permet de soutenir directement les artistes et les travailleurs culturels », affirme Mme Roy dans le communiqué. « La poursuite de cette mesure répond au besoin de prévisibilité du milieu de la diffusion en lui assurant un soutien le temps que s’organisent tous les préparatifs en vue de la diffusion des spectacles. »

L’ADISQ (Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo) a rapidement salué la prolongation d’un programme qui « a pour effet de maintenir une offre de spectacles vivants et fait en sorte que l’ensemble de l’écosystème peut continuer de travailler et d’être rémunéré, peu importent les conditions sanitaires en place ».

Le président de l’Association, Philippe Archambault, estime que le programme permet de « minimiser les risques autrement démesurés que constituent des investissements dans des spectacles vivants dans le climat actuel ».

Le mécanisme prévu par Québec consiste à payer aux diffuseurs et aux producteurs de toute taille (ce qui inclut la production en autodiffusion) et de toutes disciplines 75 % des revenus de billetterie qui auraient été normalement touchés sans la pandémie. L’aide est aussi modulée différemment si un spectacle est annulé ou s’il est présenté devant une salle à capacité réduite.

En octobre, Nathalie Roy précisait que « pour avoir droit à cet argent, les diffuseurs et les producteurs devront nous donner l’assurance que les artistes, et tous les artisans, seront payés, jusqu’aux maquilleurs ».

Selon des informations transmises au Devoir par le ministère de la Culture et des Communications, cette mesure d’aide a permis de financer 215 organismes et 4700 représentations (en date du 28 février). Au total, 31 millions ont été distribués : c’est donc dire qu’il reste 19 millions dans l’enveloppe, montant que Québec vient doubler avec l’ajout annoncé jeudi. Le ministère affirme que « la majorité des sommes [de l’enveloppe initiale] seront engagées au 31 mars, et les sommes toujours disponibles seront versées dans les semaines subséquentes ». On soutient que « l’aide varie grandement d’un bénéficiaire à l’autre en fonction de ses activités et du nombre de représentations faisant l’objet de la demande », et qu’il n’y a « pas de montant moyen représentatif des sommes pour une production ».

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) indique toutefois sur son site Internet qu’il y a un plafond de 75 000 $ par représentation, et que le montant de l’aide accordée « ne peut avoir pour effet de provoquer un surplus d’opérations ».

Et le reste ?

Plus largement, le gouvernement affirme avoir versé « la majorité des sommes » du plan de relance économique du secteur culturel, qui avaient été annoncées en juin 2020. Il s’agissait d’une enveloppe de 400 millions, dont 250 millions d’argent frais.

Mais le ministère ne pouvait préciser jeudi ce que représente exactement la « majeure » partie. On soutient que « le plan de relance a aidé plus de 1900 projets et près de 6000 représentations. La majorité des sommes seront engagées d’ici le 31 mars », soit par le ministère, le CALQ ou la SODEC (Société de développement des entreprises culturelles). « Ce qui n’a pas encore été versé le sera dans les semaines subséquentes », assure-t-on.

Au fédéral, tout le premier volet du plan d’aide de 500 millions annoncé en avril 2020 avait été dépensé au 31 décembre dernier, indique le ministère du Patrimoine canadien. De ce montant, 428 millions étaient réservés pour le secteur culturel, le reste étant consacré au secteur sportif. Dans son énoncé économique de l’automne, le gouvernement Trudeau avait ajouté une somme de 181,5 millions en mesures d’aide pour le secteur culturel — les détails de fonctionnement de cette enveloppe ont été annoncés au début mars.

Outre les prestations individuelles accessibles aux artistes et la subvention salariale qui aide les entreprises à payer leurs employés, Ottawa a aussi débloqué 100 millions pour assurer les tournages des productions audiovisuelles, 80 millions en allègements pour les télédiffuseurs et radiodiffuseurs (droits de licence) et 27,5 millions pour soutenir les musées nationaux.

À voir en vidéo